Connexion
MENU

Histoire du golf

Venez vivre l’histoire du golf!

Pour rendre hommage au golf canadien, rien ne vaut le Musée et Temple de la renommée du golf canadien! Champions et championnats, apport du golf dans l’histoire du Canada, données techniques sur l’équipement : toutes les facettes du golf y sont explorées.

Liens connexes :
Site Web
Membres du Temple de la renommée
Collection de photos
Organiser une visite
Carte interactive d’histoire des parcours canadiens

Les débuts du golf

Selon vous, qu’est-ce qui fait du golf un sport si particulier? Trois éléments sont en jeu: une balle est frappée avec un bâton, le long d’un parcours, jusque dans un trou.

Les origines du golf se retracent en Écosse. En 1457, le parlement interdisait ce jeu de façon à ce que les hommes puissent consacrer plus de temps aux exercices de tir à l’arc, les archers étant essentiels à la défense de l’Écosse à cette époque. Le golf a connu un essor au lendemain de l’abrogation de l’interdiction, en 1501. Le premier club de golf au monde – The Honorable Company of Edinburgh Golfers – a été fondé en 1744.

Le terrain de jeu

Les premiers parcours de golf on été aménagés sur des links, ou terres publiques sur le bord de la mer. Les habitants utilisaient ces terrains pour y faire paître leurs moutons, y pratiquer des jeux et autres activités. Les golfeurs portaient une veste rouge pour signaler aux autres usagers qu’une balle de golf était susceptible d’être claquée dans leur direction.

Dans les premiers temps, le cadet était indispensable. Non seulement servait-il à transporter sous son bras les bâtons du golfeur mais il devait aussi délimiter le parcours et suivre la trajectoire de la balle. L’existence des cadets ne s’est pas trouvée menacée par l’introduction des premiers sacs de golf dans les années 1880. Cependant, l’usage de plus en plus répandu de chariots et de voiturettes motorisées s’est traduit par la disparition, à toutes fins utiles, de cette espèce colorée.

Le golf est l’un des rares jeux qui se pratique sur un terrain en évolution constant. Et les règles sont établies de manière à couvrir les circonstances extrêmement varies que ce facteur engendre et pour assurer l’égalité entre les joueurs. Les treize premières règles ont été élargies, de sorte que l’on en compte 34 maintenant, exprimées en plus de 20 000 mots. De plus, il existe un ouvrage de 599 pages portant sur les décisions relatives aux règles du golf, qui explique et interprète les règles selon les conditions de jeu véritables.

Si les golfeurs sont égaux quant aux dispositions des règles, il en va autrement en ce qui concerne leurs habiletés. Néanmoins, le système de marges d’erreur particulier au golf a permis aux golfeurs et aux golfeuses de tout âge et de toute habileté de goûter aux joies de ce sport et a contribué à la popularité que le golf connaît à l’heure actuelle. Il y a cent ans, les golfeurs étaient jugés en fonction du joueur au pair, le meilleur joueur du club. Mais le joueur au pair d’un parcours ne possède pas nécessairement le même niveau d’habileté que l’as d’un autre parcours plus difficile. Pour établir un équilibre entre les parcours et déterminer de façon exacte l’habileté de chaque joueur, un système d’évaluation a été conçu, lequel tient compte de la difficulté relative de chaque parcours.

L’expansion du golf

Les Écossais ont exporté le golf dans d’autres pays, y compris l’Irlande, l’Angleterre, l’Inde, la France, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et, bien sûr, le Canada et les États-Unis.

Le golf a suscité un intérêt limité jusque dans les années 1890, lorsque le sport a connu sa première vague de popularité à l’échelle mondiale. Les progrès industriels ont provoqué des changements notables dans la vie de tous les jours : la diminution des heures de travail; l’accès plus facile aux moyens de transport publics et privés; ainsi que l’augmentation générale des heures de loisir. Ce qui est plus important, les femmes se libéraient des contraintes sociales de l’ère victorienne et se mettaient au golf, permettant ainsi à ce sport de devenir un jeu familial.

Le jeu a connu un essor rapide. En 1889, le pays comptait six clubs tandis qu’on en dénombrait déjà cinquante par tout le Canada en 1902. Cette croissance a donné lieu à des compétitions nationales et à la création d’organismes directeurs, y compris l’Association canadienne des golfeuses en 1913.

L’équipement de golf

Pouvez-vous imaginer qu’une balle de golf puisse coûter autant qu’un complet? Les améliorations dans la fabrication des balles de golf ont contribué de façon importante à la faveur croissante du sport dans le monde. Jusque vers les années 1850, les balles de golf étaient faites à la main. Elles étaient chères et extrêmement fragile. Loin d’être ronde, la balle de plumes était fabriquée en cousant des morceaux de cuir pour leur donner une forme sphérique. Il fallait ensuite la bourrer de plumes, soit avec l’équivalent du contenu d’un haut-de-forme! Un fabricant expérimenté avait peine à produire quatre balles par jour.

Mais au milieu du 19e siècle, un nouveau produit est entré dans leur fabrication : la gutta-percha. Les balles sont devenues plus abordables et, par conséquent, facilement disponibles. Les premières balles de gutta-percha présentaient une surface lisse. Cependant, on s’est aperçu qu’elles offraient plus de distance et de contrôle avec l’usage. Cette observation a mené à l’introduction d’alvéoles pour améliorer la trajectoire de la balle de golf. Par la suite, les balles étaient travaillées à la main ou moulues de manière à présenter différents dessins, ce qui a mené à la disposition des alvéoles qui caractérisent les balles de golf d’aujourd’hui.

Introduite en 1901, la balle au noyau de caoutchouc s’est avérée plus résistante et plus fiable que la balle de gutta-percha. Elle permettait aussi une plus grande précision. Précurseur de la balle en usage aujourd’hui, elle était fabriquée en enroulant fermement des filaments élastiques autour d’un noyau de caoutchouc avant d’enrober le tout de gutta-percha. Depuis les années 1920, de nombreux matériaux ont été mis à l’essai comme noyau de la balle de golf – y compris verre, eau et liège – avec des résultats plus ou moins probants dans chaque cas. La balle moderne comprend généralement deux ou trois pièces, ce qui permet une plus grande compression contre la face du bâton. La balle d’une seule pièce est encore en usage dans les terrains d’exercice.

Comme c’était le cas pour les premières balles de golf, les bâtons de golf étaient d’abord fabriqués à la main par des artisans écossais. Mais avec la popularité grandissante du golf, cette solution ne s’avérait plus pratique. Les têtes de bâton ont alors été rapetissées pour faciliter leur production en série. À l’origine, les fers étaient fabriqués par des forgerons et servaient uniquement à déloger la balle de l’herbe haute et des ornières profondes. Cependant, après l’introduction de la balle de gutta-percha, plus ferme, les joueurs ont commence à utiliser davantage les fers. Bientôt, des cleekmakers se sont mis à forger des têtes de fers pouvant être fabriquées en série.

Pour surélever la balle, les premiers golfeurs la disposaient sur un petit monticule qu’ils formaient avec de la terre ou du sable. Plus tard, les joueurs utilisaient un moule servant à fabriquer des tees de sable. Le premier tee de bois a fait son apparition sur le marché en 1921, et peu après les golfeurs ont été assaillis de publicités vantant les mérites de tees de toutes les formes et de toutes les dimensions possibles. De nos jours, le tee de bois est un article essentiel du golf.

Les professionnels

Le professionnel de club est une figure centrale du golf depuis le milieu du 19e siècle. À cette époque, des personnages tels que Tom Morris devinrent des visages familiers à St. Andrews, le berceau du golf. Enseignant, fabricant et fournisseur d’équipement, organisateur de tournois, chef des cadets, leur rôle a évolué au fil du temps, mais les professionnels de club ont toujours maintenu leur fonction en assurant le premier contact avec le golf pour de nombreux adeptes.

Comme partout ailleurs, les premiers parcours au Canada étaient principalement le fait de la nature. Nos premiers golfeurs professionnels les ont améliorés, mais ce n’est qu’un an avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale que le Canada a fait appel à une nouvelle génération d’architectes de parcours. Ces derniers se sont vus confier la tâche de concevoir nombre de parcours, dont plusieurs ont subi avec succès l’épreuve du temps.

Championnats

Les professionnels devenant plus nombreux à en faire une carrière, le besoin se manifesta bientôt d’éprouver l’habileté, la stratégie et les capacités de ces maîtres du golf sous pression. L’Omnium du Canada fut justement créé dans cette perspective en 1904 et il s’agit du championnat national qui vient au troisième rang parmi les plus anciens au monde.

Au plan du golf professionnel, la plus importante initiative de l’ère moderne a sans doute été la transformation du parcours de Glen Abbey en un site semi-permanent pour l’Omnium canadien. Glen Abbey avantage les spectateurs et offre aux professionnels des conditions de jeu constants. Incontestablement, ce parcours dessiné par Jack Nicklaus a produit plusieurs grands champions. D’autre part, le nombre de Canadiens en compétition à l’étranger a augmenté, et le calibre de jeu professionnel au Canada s’est amélioré avec la création d’un circuit canadien pour les jeunes golfeurs.

Le golf fut l’un des premiers sports à encourager la participation des femmes. La popularité qui s’ensuivit a donné lieu à la formation de la Ladies’ Golf Union et au premier Championnat britannique féminin en 1893. Le Canada fit de même huit ans plus tard en organisant le Championnat canadien féminin (1901).

Golf amateur

L’histoire du golf de compétition au pays commence véritablement avec le premier Championnat amateur du Canada en 1895. Depuis lors, nombre de golfeurs ont cherché à faire étalage de leurs prouesses. Les améliorations des moyens de transport et l’évolution des heures de travail et des conditions de vie ont permis aux golfeurs de profiter d’occasions de compétitions plus nombreuses.

Le lendemain de la Première Guerre mondiale a vu un nouveau monde faire apparition. La pénétration de la radio et d‘autres moyens de communication dans un grand nombre de foyers, des services de transport plus efficaces et le désir de profiter pleinement de la vie ont influé sur le monde du golf. C’est à cette époque que le golf amateur a suscité le plus d’intérêt, en particulier le Championnat amateur, disputé alors en parties par trou. Le golf professionnel n’en était qu’à ses débuts mais il commençait toutefois à attiré l’attention et à offrir des bourses plus alléchantes. À l’échelon international, les Canadiens connaissaient du succès et faisaient l’orgueil du pays.