Connexion
MENU

Max Homa l’emporte en prolongation devant son idole; un top 20 pour Taylor

Par La Presse Canadienne
Sean M. Haffey/Getty Images

LOS ANGELES _ Après avoir laissé filer une opportunité en or sur le 18e vert, dimanche, Max Homa est sorti victorieux du Tournoi invitation Genesis, disputé au Club de golf Riviera, dans son patelin, défaisant Tony Finau au deuxième trou de prolongation grâce à une normale.

Homa a complété la ronde finale avec un score de 66, cinq coups sous le par. Il a joué les 26 derniers trous sans commettre un seul boguey.

Homa et Finau, qui a ramené une carte de 64, ont complété les 72 trous réglementaires avec des scores cumulatifs de 272, 12 coups sous la normale, et un coup de mieux que Sam Burns (69).

L’Australien Cameron Smith a terminé quatrième, à trois coups de Homa et de Finau, après une ronde finale de 67.

L’Espagnol Jon Rahm (66), le Norvégien Viktor Hovland (67) et l’Anglais Matthew Fitzpatrick (71) ont complété la compétition à égalité en cinquième place, à cinq coups du sommet.

Nick Taylor (69) a été le meilleur Canadien avec un score final de 281, trois coups sous la normale, un coup de mieux que son compatriote Adam Hadwin (70) et deux devant Mackenzie Hughes (69).

Homa a réalisé un rêve d’enfance, lui qui a toujours espéré gagner un tournoi au Riviera depuis le jour où, pour la première fois, il a assisté à l’événement alors qu’il était encore gamin. Jamais il n’aurait pu écrire un dénouement comme celui dans lequel il a campé le rôle principal.

Homa a raté un roulé de trois pieds pour un oiselet au 18e trou qui lui aurait donné la victoire. Au premier trou de prolongation, il semblait que ses espoirs allaient se dissiper lorsqu’il a expédié son coup de départ à quelques centimètres d’un arbre. Il a trouvé le moyen de se sortir d’embarras pour prolonger la ronde de prolongation.

Puis, il a gagné quand son malchanceux rival a été incapable d’inscrire la normale au 14e trou, une normale-3, après avoir envoyé son coup de départ dans une fosse de sable.

Autant ce fut une défaite crève-coeur pour Finau _ deuxième pour la 10e fois à travers le monde depuis sa seule victoire à l’Omnium de Porto Rico il y a cinq ans _ autant ce triomphe a généré un torrent d’émotions chez Homa.

Il a grandi à moins de 50 km du terrain, à Valencia. Il a grandi en vénérant Tiger Woods, l’hôte du tournoi qui lui a présenté le trophée commémoratif. Il a failli tout gâcher avec un roulé de trois pieds. Puis, il a quitté le parcours avec, en poche, un second triomphe sur le circuit de la PGA.

« J’ai regardé ce tournoi toute ma vie », a déclaré Homa, les trémolos dans la voix. « Wow, je ne pensais pas que ce serait comme ça. (…) La ville des Champions _ les Dodgers, les Lakers et maintenant moi. La sensation est étrange. »

Tout se destinait pour une fin en conte de fées pour Homa lorsque Burns, qui occupait le premier rang depuis le début du tournoi, a additionné les bogueys sur le neuf de retour.

Ça laissait comme belligérants Homa et Finau, qui a inscrit une normale au 18e pour son score de 64, le plus bas du week-end.

Homa a réussi un roulé de six pieds pour un oiselet au 17e trou, une normale-5, pour se hisser au sommet du classement, ex-aequo. Puis, au 18e, il a placé son coup d’approche pour ce qui semblait être un oiselet assuré.

Puis, il a loupé son roulé.

« Vous n’êtes pas supposé rater un roulé de trois pieds devant Tiger Woods », a déclaré Homa. « Je l’ai vu hier et j’avais trop peur pour aller lui parler. Mais maintenant, il m’a forcé à lui parler. »