Connexion
MENU

LPGA: Anne Catherine Tanguay, qui veut inspirer la jeunesse en 2019, suivra Dao

Par La Presse canadienne, avec le concours de Golf Canada
Anne-Catherine Tanguay (Photo: mongolf.ca)

MONTRÉAL — La golfeuse québécoise Anne-Catherine Tanguay compte bien profiter de sa notoriété renouvelée afin d’inspirer la prochaine génération.

Tanguay, qui aura 28 ans le 8 janvier, est la seule joueuse de la Belle Province à s’être qualifiée pour le circuit régulier de la LPGA pour 2019, après avoir terminé au huitième rang du tournoi de qualifications du circuit en novembre dernier à Pinehurst, en Caroline du Nord. Pour sa part, Maude-Aimée Leblanc, de Sherbrooke, a échoué et devra retourner faire ses classes au sein du circuit secondaire Symetra.

« Je suis vraiment heureuse de pouvoir redonner, surtout après m’être qualifiée, car mon objectif principal c’est d’inspirer le plus de jeunes filles possible à pratiquer ce sport », a-t-elle expliqué lors d’un entretien téléphonique avec La Presse canadienne jeudi, en marge d’une conférence de presse annonçant une nouvelle entente de commandite avec La Capitale.

Elle a d’ailleurs déjà posé un premier geste en ce sens en entrant récemment en contact avec l’adolescente âgée de 17 ans Céleste Dao. Cette dernière, de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, est considérée comme l’un des plus beaux espoirs du golf féminin au pays. Dao a d’ailleurs récemment conclu une entente avec les Bulldogs de l’Université de Georgie afin de se joindre à leur programme dès l’automne prochain. La Québécoise y fera ses classes entre 2019 et 2023, dans l’espoir de se préparer au circuit professionnel.

« Je l’ai côtoyée lors des activités de l’équipe canadienne et justement nous nous sommes échangé nos coordonnées, a dit Tanguay. J’aimerais ça l’aider le plus possible à cheminer, même si je n’ai pas encore eu le plaisir de jouer avec elle. Mais tu le vois déjà, par ses accomplissements cette saison, qu’elle a du talent. Je ne suis pas inquiète pour elle, elle est promise à un bel avenir. »

Tanguay, de Québec, lui a d’ailleurs offert quelques conseils puisqu’elle a aussi cheminé dans les rangs universitaires américains avant de faire le saut chez les professionnelles.

« J’ai joué à l’Université d’Oklahoma, et je suis déjà allée disputer un tournoi à Athens, en Georgie, donc je lui ai dit qu’elle avait fait un très bon choix, a-t-elle raconté au bout du fil. Je me serais même vue étudier là-bas. Ç’a (mon passage dans les rangs universitaires) été une belle expérience, de vivre l’esprit d’équipe et de pouvoir compléter mes études. Ma passion du golf n’a jamais cessé de croître, et je pense que c’est après ma deuxième année universitaire que j’ai pris la décision d’en faire une carrière. Peut-être que ce sera la même chose pour elle. »

Objectif: un top-100

La transition entre les rangs universitaires et le circuit professionnel n’a cependant pas été de tout repos pour Tanguay. C’est d’ailleurs la deuxième fois de sa carrière qu’elle parvient à franchir les qualifications du circuit professionnel féminin, après l’exploit d’octobre 2017.

La dernière saison a toutefois été en dents de scie. Après n’avoir franchi le seuil de qualifications pour les rondes du week-end qu’une seule fois lors de ses 10 premiers tournois de la saison, Tanguay s’est accordé une pause en juillet pour retrouver son aplomb. Celle-ci s’est révélée bénéfique puisqu’elle a ensuite enregistré son meilleur résultat de la saison — une égalité en 16e place à la Classique Cambia Portland.

La principale intéressée, 118e chez les boursières la saison passée, a convenu que cette expérience l’avait aidée à atteindre son objectif de retourner sur le circuit principal. Elle compte maintenant rebondir et percer le top-100 en 2019 — la condition essentielle pour qu’elle conserve son statut régulier.

« J’ai appris beaucoup; j’ai acquis une certaine expérience et de la maturité depuis la dernière fois, a convenu Tanguay. J’ai perfectionné ma préparation, notamment au niveau mental, dans l’identification claire de mes objectifs. J’ai aussi appris à gérer tout cet environnement-là, vous savez, avec les tours de télévision et la foule. Il y a beaucoup de distractions, ça bouge vite et c’est gros, donc je suis satisfaite d’être parvenue à me familiariser avec ça. »

Tanguay a indiqué qu’elle entamera la saison 2019 du circuit de la LPGA à la mi-février, en Australie, après avoir pris part à un camp d’entraînement de Golf Canada en janvier en Floride.

Articles connexes