Connexion
MENU

Leslie Dunning sur l’inclusion : de la parole aux actes

Par John Gordon
Leslie Dunning (Bernard Brault/ Golf Canada)

On pourrait s’attendre à ce que Leslie Dunning, alors qu’elle quitte la présidence de Golf Canada après une année riche en évènements, se concentre avant tout sur les grands jalons qui l’ont marquée.

Et il y en a eu, de grands moments, telle la remise des trophées à des athlètes de haut calibre comme le golfeur no 1 du classement mondial Dustin Johnson à l’Omnium canadien RBC et, plus mémorable encore, le couronnement de Brooke Henderson de Smiths Falls, ON, qui devenait la deuxième Canadienne de l’histoire du golf à remporter notre championnat national, l’Omnium féminin CP.

Sans oublier l’annonce d’une nouvelle date, préférable de loin à l’ancienne, pour la tenue de l’Omnium canadien RBC, l’entrée en vigueur des nouvelles Règles du golf au terme d’une modernisation sans précédent et ses voyages mémorables aux tournois emblématiques que sont le Masters et l’U.S. Open.

Même si Dunning reconnaît que ce furent des expériences exaltantes, elle préfère attirer l’attention sur des thèmes plutôt que sur des évènements. Et ce n’est pas étonnant, quand on se rappelle son « mantra » lorsqu’elle a été élue il y a un an.

Leslie Dunning

« J’essaie de m’assurer que chaque jour, je fais quelque chose pour l’essor du golf au Canada », disait-elle à l’époque.

C’est pourquoi elle revient sur des moments historiques comme l’ouverture du premier Sommet des femmes d’influence, à l’occasion de l’Omnium féminin CP à Regina, entre autres, organisé par l’Association nationale des propriétaires de terrains de golf du Canada, et sur cet Omnium canadien RBC exceptionnel où Golf Canada a accueilli des invités longtemps négligés.

Joignant le geste à la parole exprimée par la Politique en matière d’équité, de diversité et d’inclusion de Golf Canada (née d’un groupe de travail dirigé par Dunning), l’on a invité des représentants d’une douzaine d’organisations golfiques à Glen Abbey pour partager leurs expériences et mieux connaître Golf Canada.

« Tous ces groupes très diversifiés constituent des organisations fonctionnelles, a déclaré Dunning. Certains sont à l’œuvre depuis des décennies, et ils ne représentent qu’un maigre échantillonnage des nombreux groupes de golfeurs, partout au pays, qui partagent la même passion pour notre sport. Mais il y en a peu, parmi eux, qui faisaient partie de Golf Canada. »

Et de poursuivre Dunning, « ces premières rencontres nous ont permis d’apprendre que, tout comme les associations et clubs traditionnels de golf, ces groupes veulent accroître leurs effectifs, assurer l’essor du sport, avoir du plaisir et éduquer les golfeurs au sujet des règles pour que ceux-ci puissent maintenir un bon rythme de jeu et attester un facteur de handicap précis pour les compétitions. »

Après avoir découvert les avantages de l’adhésion à Golf Canada, certains groupes qui n’en étaient pas encore membres se sont engagés à le devenir. Quelques nouveaux bénévoles ont aussi été recrutés à cette occasion pour occuper des postes de gouvernance, dont un au Comité de placement de Golf Canada et un autre au Comité des ressources humaines. Certains groupes ont également exprimé leur intérêt pour « l’adoption » de trous à l’Omnium canadien RBC et à l’Omnium féminin CP. « C’est un début encourageant et nous allons continuer de travailler en étroite collaboration avec ces groupes, et avec d’autres, pour qu’ils participent pleinement, avec leurs membres, à Golf Canada. »

Ce n’est peut-être pas aussi excitant que de rencontrer Dustin et Brooke, ou même d’arpenter le terrain « sacré » de l’Augusta National, mais la détermination de Dunning à rester fidèle à son « mantra » est impressionnante et a, sans contredit, un plus grand impact.

Ce serait un euphémisme de dire que son calendrier était bien rempli, et nombre de ses rendez-vous étaient axés sur l’expansion de la diversité et de l’inclusion au golf dans ce pays. En commençant par la tenue de l’assemblée générale annuelle de Golf Canada, l’année dernière, sur le territoire de la Nation Tsuutina, non loin de son domicile à Calgary, où des trousses de Golf en milieu scolaire ont été offertes en cadeau aux écoles primaires et secondaires de cette Première Nation.

Et comme l’avoue Dunning elle-même, le rythme n’a jamais ralenti : « J’ai fait de mon mieux pour ajouter ma pierre, chaque jour, que ce soit en rencontrant des organisations issues de la diversité, en lisant pour élargir mes horizons, en assistant à des évènements, en échangeant avec des gens ou en partageant de l’information. »

Elle est optimiste à propos de l’engagement de tous les acteurs du monde golfique canadien envers la diversité et l’inclusion. « Nous voyons la diversité et l’inclusion inscrites à l’ordre du jour de conférences, explorées dans des articles de magazines, intégrées à l’élaboration de politiques et de programmes. » Dunning elle-même a publié un article sur l’équité, la diversité et l’inclusion dans le magazine de la Canadian Society of Club Managers , en plus de donner plusieurs entrevues et exposés sur le sujet.

Elle a beaucoup apprécié un article sur la diversité au golf qui a paru dans les pages d’un grand magazine. « L’auteur a fait un travail formidable de recherche sur la diversité réelle qui existe déjà au golf. Il appartient maintenant à Golf Canada, aux autres organisations et aux clubs de veiller à devenir aussi diversifiés que la population de golfeurs. »

Dans son agenda bien chargé, Dunning devait aussi trouver du temps pour les réunions du Conseil d’administration de Golf Canada et autres responsabilités de gouvernance, toutes choses qu’elle prend très au sérieux, surtout parce qu’elle travaillait avec le nouveau chef de la direction de Golf Canada, Laurence Applebaum, qui en était à sa première année complète en poste.

« À titre de présidente, ma première responsabilité était d’assumer le leadership au Conseil d’administration et de collaborer avec le chef de la direction à la préparation et au suivi des réunions du conseil. »

Dunning affirme que ce fut « un réel plaisir » de travailler avec Applebaum et elle remercie les « excellents et très vaillants membres du conseil, les bénévoles dévoués et le personnel compétent » pour leur apport inestimable.

Dunning remettra les rênes à Charlie Beaulieu, de Montréal, lors de l’assemblée générale annuelle de Golf Canada qui se tiendra le 2 mars 2019 à Montréal.

Articles connexes