Connexion
MENU

Leçons de leadership au Sommet des femmes d’influence CP

Par Golf Canada

À l’été 2013, une jeune prodige du golf de Smiths Falls, en Ontario, âgée d’à peine 15 ans, entamait la dernière ronde du troisième tournoi de sa carrière en LPGA. La future étoile du golf canadien, Brooke Henderson, était jumelée à la légendaire golfeuse canadienne Lorie Kane. En arrivant au dernier trou de la Classique Manulife Financial ayant lieu à Waterloo, Ontario, entourée de partisans canadiens, Kane a pris la main de sa partenaire de jeu dans la sienne.

« Je me souviens de la sensation que j’ai eue lorsque j’ai pris [Brooke] par la main, » raconte Kane. « Je me disais, ou est-ce que c’est à [Brooke] que je le disais, ‘tu es l’avenir’. »

Projetons-nous de l’avant à l’été 2020, où Henderson apparaît aux côtés de Kane au Sommet des femmes d’influence CP, non plus en tant que recrue et vétéran, mais en tant que deux Canadiennes dans le golf ouvrant la voie aux futures générations de femmes dans le sport.

Le geste de Kane qui a saisi sa main était un acte subtil, mais c’est un moment qui est resté gravé dans la mémoire d’Henderson toutes ces années plus tard.

« Ce fut un moment incroyable pour moi, » a déclaré Henderson.

En en assistant au Sommet, il est devenu évident que des moments comme celui-ci, des moments de leadership pur et authentique qui semblent insignifiants à l’époque, peuvent avoir un impact dramatique sur la vie des personnes qui en subissent l’influence.

Le 1er septembre dernier, un panel composé de femmes occupant des postes de direction s’est réuni dans le cadre du Sommet des femmes d’influence CP. Cette année cependant, les choses ont été un peu différentes à cause de la COVID-19. Les organisatrices ont pivoté pour accueillir l’événement virtuellement, afin de pouvoir observer les restrictions relatives aux rassemblements.

Animé par Lindsay Hamilton, présentatrice de TSN, l’objectif de l’événement était de fournir des histoires inspirantes et une occasion de réseautage, tout en stimulant les dons pour la BC Children’s Hospital Foundation. Bien que le volet réseautage n’ait pas pu se développer comme par le passé, le sommet a été « une réussite pour nous, » selon Mary Beth McKenna, directrice adjointe du tournoi de l’Omniumcanadien RBC, qui co-dirige l’événement depuis sa création il y a trois ans.

L’événement était divisé en quatre sessions, chacune avec des femmes différentes discutant de leur expérience en tant que leaders dans leurs positions respectives. Parmi les oratrices figuraient les golfeuses canadiennes Kane et Henderson, et les olympiennes Marnie McBean et Perdita Felicien, entre autres femmes éminentes occupant des postes de direction.

Trois fois médaillée d’or aux Jeux olympiques et chef de mission du Canada pour les Jeux d’été de Tokyo en 2020 (reportés à 2021), Marnie McBean en connaît un rayon sur le leadership.

Cependant, même McBean a indiqué qu’elle apprend toujours activement comment devenir une meilleure leader. En tant que première intervenante du Sommet, McBean a parlé de ses débuts avec sa coéquipière d’aviron Kathleen Heddle, et du fait que leur partenariat n’était pas nécessairement le coup de foudre que leurs résultats ultérieurs pourraient faire croire.

« En fait, j’ai travaillé activement pendant longtemps pour monter dans un autre bateau parce que je ne pensais pas que Kathleen avait ce qu’il fallait, car elle était introvertie, elle était calme et tranquille, » a déclaré McBean. « J’étais comme, eh bien, ce n’est pas ce qu’est une championne. »

Selon McBean, c’est la rencontre avec une personne dont la personnalité et le style de travail sont différents des siens qui lui a permis d’apprendre une leçon importante sur le travail d’équipe et le leadership. McBean a rapidement appris que d’accueillir « la diversité de différentes personnalités dans le bateau » serait crucial pour leur réussite.

« J’ai appris à accepter que tant que j’arrêtais d’essayer de faire de Kathleen une copie de moi, et que je la laissais être son authentique moi, elle est extraordinaire, » a déclaré Mme McBean.

« Le leadership, ce n’est pas se retrouver au milieu des gens, c’est gagner la confiance et le respect. Je donne 100 % de ce que j’ai à donner, et si je l’ai mérité, j’obtiendrai 100 % de ce que les gens avec qui je travaille, que je dirige, ce qu’ils ont à donner, » poursuit McBean.

Le message principal de McBean sur le leadership était le suivant : humilité et communication. C’est un thème qui a semblé se retrouver sur les lèvres de toutes les intervenantes tout au long des deux heures du sommet.

L’humilité et l’ouverture à continuer d’apprendre et de grandir ont été des aspects clés de la discussion de l’Olympienne Perdita Felicien quant à la façon de surmonter l’adversité et son expérience en tant qu’athlète noire.

« C’est un apprentissage et un engagement de toute une vie, » affirme Félicien sur la manière d’être une alliée de la communauté noire, autochtone et de couleur (BIPOC). « J’apprends aussi, je découvre aussi. »

Felicien confie qu’elle avait eu des conversations avec des amis blancs qui lui ont téléphoné ou envoyé des SMS pour lui dire qu’ils voulaient l’écouter et apprendre comment être un allié.

« Ils veulent que cela change. Ils ne savent peut-être pas exactement comment, mais ils sont ici, à la table des négociations, et ils décident, « vous savez quoi : assez, c’est assez, » a déclaré Félicien.

La session précédente, avec Candy Ho, PDG de The Cape on Bowen Community Development et Pam Arpin, vice-présidente adjointe des services à la clientèle et aux entreprises du Canadien Pacifique (CP), a mis l’accent sur l’importance de la communication.

Arpin a expliqué comment elle s’est efforcée de communiquer efficacement avec ses employés au début de la pandémie, lorsque le CP était considéré comme un service essentiel et que de nombreux employés ont continué à travailler au bureau.

Arpin a expliqué qu’elle s’est efforcée de faire en sorte que ses employés sachent qu’elle était toujours disponible, même si elle n’avait pas nécessairement les réponses qu’ils cherchaient. Elle a dit que c’était important, « parce que tout vide dans la communication, les gens vont remplir ce vide avec leurs propres spéculations. »

Arpin a dit qu’elle pense que c’était une occasion manquée « si vous n’avez pas grandi en tant que leader grâce à cela. »

C’est cet aspect de l’humilité et de la volonté de grandir qu’Arpin et Ho ont toutes deux souligné lors de leur discussion.

Il était évident que quel que soit le rôle de leader que l’on occupe, du PDG au golfeur chevronné, être un leader transcende tout.

« Nous devons juste être humbles, avoir cet état d’esprit pour la croissance, et alors aucune barrière n’est une barrière, ce sont toutes des opportunités, » a déclaré Mme Ho lorsqu’on lui a demandé quels étaient les obstacles qu’elle avait rencontrés dans sa propre carrière.

Alors qu’il aurait pu être possible de considérer le report de l’Omnium féminin CP et la restriction de la tenue d’un sommet en personne comme un obstacle, le Sommet des femmes d’influence CP s’est plutôt poursuivi, profitant de la situation unique.

McKenna a admis que le fait de devoir organiser le sommet virtuellement cette année était une balle courbe, mais cela a également ouvert de nouvelles opportunités.

« Nous avons accueilli des participantes de l’étranger, il n’était donc pas nécessaire d’être sur le marché pour apprécier ces excellentes oratrices, » a déclaré McKenna.

Habituellement dans un cadre restreint, l’événement compte environ 275 participantes, selon McKenna. Cette année, cependant, elle a indiqué qu’il y avait plus de 1 100 inscription de différents pays.

McKenna a également déclaré que tout s’était déroulé sans heurts pour le sommet et elle souhaite poursuivre sur cette lancée l’année prochaine, dans l’espoir que cela puisse se faire en personne si cela ne présente aucun danger.

Le point essentiel à retenir du Sommet est le suivant : ce qui définit une dirigeante qui réussit, ce n’est pas seulement une chose, à une occasion, c’est de trouver l’humilité, et c’est de garder une communication ouverte, même si vous n’avez pas nécessairement les réponses.

Il s’agit aussi de faire de petits gestes subtils de compréhension et d’empathie, comme prendre la main d’une jeune fille de 15 ans qui s’approche du dernier trou, bien qu’elle soit sa concurrente.

Henderson conclut en disant que le golf peut enseigner aux gens beaucoup de leçons de vie.

« J’ai l’impression que presque chaque jour est un défi, » confie Henderson. « Mais c’est en partie la raison pour laquelle nous aimons ça. »

On peut affirmer de même pour ce qui est de la vie et du leadership.

 

 

Articles connexes