Connexion
MENU

Le premier club

(Golf Canada)

Il n’a peut-être pas encore 150 ans, mais le Club de Golf Royal Montréal célèbre tout de même son 144e anniversaire cette année.

Il a presque le même âge que le Canada d’aujourd’hui et sa riche histoire est vraiment fascinante. Une brève incursion dans les archives du golf canadien révèle le nom du Club de Golf Royal Montréal cité maintes et maintes fois. Impossible d’y échapper.

Le noble héritage du club remonte au règne de la reine Victoria. On dit de son père, le prince Édouard, duc de Kent et Strathearn, qu’il a été le « père de la couronne canadienne » pour sa contribution à l’essor du Canada, alors que la contribution du Royal Montréal a été l’une des clés de l’essor du golf au Canada.

Le club fondé en 1873 est considéré le plus ancien d’Amérique du Nord et il fut à la fois témoin et acteur de l’expansion du golf de ce côté-ci de l’Atlantique. Selon Golf in Canada: A History de James Barclay, c’est avant tout à Alexander Dennistoun que l’on doit sa création.

Déjà golfeur chevronné dans son Écosse natale, Dennistoun devint le premier capitaine et président du club après avoir immigré à Montréal où il transposa son expérience de St. Andrews, Royal Liverpool et Musselburgh sur le terrain de Fletcher’s Field (aujourd’hui le parc Jeanne-Mance), au pied du Mont-Royal, premier des trois domiciles du club. Ce n’est qu’en 1959 qu’il s’établit à demeure sur l’Île Bizard.

La première assemblée du Montreal Golf Club – qui obtint de la reine Victoria le droit de s’apposer l’épithète Royal en 1884 – ne comptait que huit membres. (Il est intéressant de noter que les procès-verbaux de toutes les réunions, depuis la fondation du club, ont été conservés.) Il fut alors décidé que la cotisation annuelle des membres serait de 25 $ et que leur nombre se limiterait à 25, tous s’engageant à adhérer aux règles du Royal and Ancient Golf Club of St. Andrews.

Au fil des années, le club allait accueillir dans ses rangs plusieurs membres notables, dont Sir Alexander Galt, l’un des Pères de la Confédération canadienne, Sir William Hingston, maire de Montréal dans les années 1870, et George A. Drummond, industriel, administrateur, puis président, de la Banque de Montréal et sénateur. Lorsqu’en 1895 le Royal Montreal devint l’un des clubs fondateurs de la Canadian Golf Association (aujourd’hui Golf Canada), c’est Drummond qui en fut élu premier président.

Déjà, le Royal Montreal était devenu le premier club de golf canadien à embaucher un professionnel en 1881, dix ans avant le Royal Ottawa. Avec l’expansion du golf au pays et la multiplication des pros de club, l’organisation d’un tournoi ouvert s’imposait pour déterminer les meilleurs joueurs – amateurs ou professionnels – du pays. Ainsi naquit l’Omnium canadien, un tournoi de 36 trous en partie par coups qui fut disputé pour la première fois en 1904 au… Royal Montreal, bien sûr!

Le club a accueilli neuf éditions de l’Omnium depuis cette date, la dernière fois en 2014 lorsque le Sud-Africain Tim Clark l’a remporté. Pat Fletcher, professionnel en titre du club de 1955 à 1975, est le dernier Canadien à avoir soulevé le trophée tant convoité et cela remonte à 1954.

Vainqueurs de l’Omnium canadien au Royal Montréal

1904 – John Oke
1908 – Albert Murray
1913 – Albert Murray
1926 – Macdonald Smith
1950 – Jim Ferrier
1975 – Tom Weiskopf
1980 – Bob Gilder
1997 – Steve Jones
2001 – Scott Verplank
2014 – Tim Clark

En 1973, pour le centenaire du Club de Golf Royal Montréal (dont le nom s’était francisé entretemps), on invita des golfeurs venant des 65 autres clubs officiellement nommés « Royal » dans le monde, ainsi que des représentants de Golf Canada, de l’USGA, du R&A et de Golf Australia, entre autres associations.

« L’histoire et la tradition constituent la charpente du Royal Montréal », souligne Denzil Palmer, directeur général et secrétaire du club depuis 28 ans. « Tous les clubs du monde se préoccupent de deux choses : attirer de nouveaux membres et garder les membres actuels. Les gens qui adhèrent à notre club y restent fidèles en vertu de son caractère historique. Tous les membres du club en sont très fiers. »

Le prestige du Royal Montréal n’est pas seulement reconnu au Canada, il l’est aussi par la communauté golfique internationale. Son parcours Bleu – coté parmi les meilleurs dans le classement mondial des parcours de golf depuis des années – a accueilli la Coupe des Présidents en 2007, devenant le seul site canadien de l’éminent tournoi à ce jour. Les mordus de golf canadiens n’oublieront jamais comment leur héros national Mike Weir a vaincu Tiger Woods en duel lors du match en simple du dimanche.

« Les pros du Circuit de la PGA qui ont visité le club à l’occasion de l’Omnium canadien et de la Coupe des Présidents qualifient la bibliothèque et le salon de “musée du golf en Amérique du Nord” », ajoute Palmer, faisant référence à la superbe collection de souvenirs du Royal Montréal. « L’esquisse à l’encre du parcours initial de six trous au pied du Mont-Royal, en 1873, est encore accrochée au mur dans un cadre. Nous avons des tas de photos historiques, de dessins, d’objets et de cadeaux offerts au club. »

Des membres du Club de Golf Royal Montréal participent chaque année à des matchs interclubs très attendus et chaudement disputés contre le Club de Golf Royal Québec (plus ancien interclubs au Canada) et le Country Club de Brookline, Massachussets, (plus ancien interclubs international), entre autres compétitions préfigurant bien avant 2007 le fameux duel Weir-Woods.

Sans l’avènement de ces interclubs – qui remontent à 1876 avec le Royal Quebec et 1898 avec Brookline – et sans ces pionniers passionnés d’autrefois qui ont fondé ces clubs, le paysage golfique canadien serait sans doute bien différent.

Spring_2017_Cover_FRCet article a été publié dans l’édition de avril 2017 du magazine Golf Canada. Pour lire l’article dans le format original, cliquez sur l’image.

Articles connexes