Connexion
MENU

Le Canadien Taylor Pendrith combat la fièvre en début de saison du circuit Korn Ferry

Par John Chidley-Hill/ La Presse Canadienne
Taylor Pendrith (Getty Images)

Le retour de Taylor Pendrith au Korn Ferry Tour ne s’est pas exactement déroulé comme prévu.

Après avoir obtenu une exemption sur le circuit-école de la PGA grâce à deux victoires en Mackenzie Tour l’an dernier, le natif de Richmond Hill, en Ontario, était fin prêt. Mais lors de la Classique Great Exuma en ouverture de saison, Pendrith a attrapé une vilaine grippe, le forçant à jouer dans la chaleur des Bahamas avec une fièvre. Cela s’est muté en bronchite alors qu’il participait à la Classique Great Abaco la semaine dernière, sont cadet Mitch Theoret étant également souffrant.

« Ce n’était vraiment pas agréable, » a déclaré Pendrith mercredi. « J’ai joué neuf trous au cours des trois premiers jours d’entraînement et j’ai essentiellement passé mon temps au lit, frissonnant. C’était affreux. Mais je voulais jouer et ma forme était bonne à l’aube de la première ronde, ce n’est qu’une sorte de malchance qui s’est produite. »

Ce n’est pas seulement la santé de Pendrith qui était en cause, car des vents violents à Sandals Emerald Bay et Baha Mar ont fait des ravages sur les scores de l’ensemble du peloton. Il a terminé à égalité au 58e rang à la Great Exuma, puis à égalité au 66e rang au Great Abaco. Le Championnat de Panama de cette semaine au Club de Golf de Panama – que Michael Gligic de Burlington, Ont., a remporté l’an dernier – est mieux adapté au style de jeu tout en longueur de Pendrith.

« Je me souviens que les années précédentes ici, je devais frapper un fer-2 depuis les jalons pour tenter de garder la balle en jeu, mais j’ai pratiqué hier et frappé beaucoup de bois de départ, » a déclaré Pendrith. « Cela se passe définitivement bien pour moi. La balle atterrit juste dans l’allée et ne roule pas très loin, je peux donc frapper beaucoup de drivers et utiliser mes bâtons plus courts pour atteindre les verts. J’attends donc le départ avec impatience. »

Pendrith n’en est pas à sa première tentative sur le Korn Ferry Tour. Il y a également joué en 2016 lorsque le circuit s’appelait Web.com Tour, mais des problèmes de poignets persistants, un tendon du bras partiellement déchiré et une déchirure du muscle déchiré de la paume ont perturbé ses saisons 2016 et 2017.

Maintenant qu’il est de retour, Pendrith se sent mieux préparé à jouer au golf à sa manière.

« J’ai l’impression que lorsque j’étais ici en 2016, je cherchais la bonne chose à faire et suivais les autres, passant trois ou quatre heures au champ d’exercice. Cela n’a pas fonctionné pour moi, » avoue Pendrith. « Je fais juste mon propre truc. Un lundi, je vais peut-être aller au vert (de pratique) pendant une heure et partir. Ou peut-être juste jouer neuf trous lundi au lieu de 18 et de passer deux heures à frapper des balles, » de poursuivre le Canadien.

« Il s’agit de bien gérer cela et de m’amuser à nouveau, ce qui est génial. Je suis dans un très bon état d’esprit. »

Adam Svensson de Surrey, en Colombie-Britannique, et Mike Weir de Bright’s Grove, en Ontario, sont les autres Canadiens au départ à Panama cette semaine.

PGA TOUR : Adam Hadwin d’Abbotsford, en Colombie-Britannique, revient en PGA Tour après s’être brièvement éloigné après la naissance de sa fille. Hadwin est le Canadien le mieux classé dans le peloton du Waste Management Open disputé au club TPC Scottsdale en Arizona. Corey Conners de Listowel, en Ontario, Nick Taylor d’Abbotsford, Roger Sloan de Merritt, en Colombie-Britannique, et Mackenzie Hughes de Dundas, en Ontario, y sont également.

BROOKE HENDERSON : Brooke Henderson a reçu mercredi les clés de la ville des mains du maire d’Ottawa, Jim Watson. La triple lauréate du prix Bobbie Rosenfeld en tant qu’athlète féminine de l’année de la Presse canadienne a été honorée avec James Duthie de TSN et le journal Ottawa Citizen, l’entreprise locale la plus ancienne de la Capitale Nationale.

Articles connexes