Connexion
MENU

L’amorce d’une carrière

On me demande souvent comment je suis devenu responsable des règles à Golf Canada. J’ai d’abord été engagé par l’organisme pour aider à la tenue des championnats amateurs d’un bout à l’autre du pays. Mon rôle s’est élargi depuis ce temps et je suis maintenant très engagé dans tout ce qui concerne les règles du golf.

Au début, j’ai vite appris que l’un des éléments les plus importants de l’organisation d’un championnat est la préparation du terrain pour la compétition. Il faut établir la longueur de jeu, déterminer les lisières des obstacles d’eau et les hors limites, choisir l’emplacement des trous, etc. Pour bien préparer un parcours en vue d’un championnat national, il faut avoir une excellente maîtrise des règles du jeu.

Force est d’admettre qu’il est plutôt difficile, au début, d’apprendre les règles, car elles sont rédigées dans un style pesé et réfléchi. La mauvaise interprétation d’un mot ou d’une phrase, ou le fait d’oublier si la règle dit « devrait », « peut » ou « doit », évacue toute possibilité d’arriver à la bonne décision. On ne compte pas les heures passées à l’étude des règles ni le nombre d’années qu’il faut pour bien saisir toutes les nuances des règles du golf. À chaque tournoi, j’apprends quelque chose de nouveau. C’est ce qui rend la chose si intéressante, au point de devenir une obsession chez certains.

Je me considère chanceux que ma tâche m’amène à travailler pour différents tournois dans le monde et me permet de rencontrer des gens formidables. Dernièrement, j’ai pu m’entretenir avec deux de nos officiels et je leur ai demandé comment ils étaient arrivés à s’intéresser aux règles du golf.


Alison Murdoch — Victoria, C.-B.

Alison Murdoch, membre du Temple de la renommée du golf canadien, s’intéresse depuis plusieurs années aux règles du golf. Elle a d’abord complété le programme de niveau 2 sur les règles du golf offert en ligne par Golf Canada, afin d’être plus à l’aise avec les règles sur le terrain.

Après avoir accumulé les heures de travaux pratiques qui lui ont permis d’obtenir sa certification de niveau 2, Murdoch s’est inscrite en 2008 au séminaire de niveau
3 donné par Susan White de la BCGA au Duncan Meadows Golf Club. C’est ainsi qu’elle a pu réussir avec confiance l’examen théorique, pour ensuite passer aux travaux pratiques qui lui ont valu sa certification de niveau 3. Quelques années plus tard, elle a suivi le séminaire de niveau 4.

J’ai eu l’occasion de travailler avec Alison lors du Championnat canadien amateur féminin 2011 et j’ai tout de suite constaté que son expérience de golfeuse de compétition l’aidait à traiter avec les joueuses sur le terrain.

Murdoch décrit ainsi comment la connaissance des règles l’a aidée comme compétitrice: « Quand je suis sur le par- cours, je suis plus confiante à l’égard des décisions sur les règles, tant pour moi- même que pour aider les autres concurrentes. Et si la situation se complique un tant soit peu, je sais aussi qu’on devrait faire appel à un officiel pour obtenir de l’aide. Ainsi, tout le monde sait qu’on a fait ce qu’il fallait. »

Murdoch a maintenant pris sa retraite, mais sa carrière l’a amenée à faire face
à plusieurs situations épineuses sur le terrain. « Dans mon travail, j’étais souvent appelée à enquêter sur des plaintes en matière de ressources humaines. Je suis habituée à chercher toute l’information nécessaire à une prise de décision éclai- rée. Je sais aussi qu’on n’a pas toujours toutes les preuves désirées et qu’il arrive qu’on n’ait pas entièrement confiance aux faits qui nous sont présentés. »

Timmy Yorke – Kensington, Î.-P.-É.

Il y a deux ans,un jeune de11ansaob- tenu un score parfait à l’examen de niveau 2 sur les règles. Timmy Yorke est le fils de Tim Yorke, un excellent golfeur amateur. Le jeune Yorke a grandi en jouant au golf et en suivant son père sur le terrain. La famille Yorke, membre des clubs Green Gables et Andersons Creek, habite à Kensington, à l’Île-du-Prince-Édouard.

Alors qu’il agissait comme bénévole dans un championnat de l’Association de golf de l’Île-du-Prince-Édouard (PEIGA), Timmy s’est découvert un intérêt pour les règles du jeu. Dans son rôle de cadet éclaireur, il surveillait un trou près d’un obstacle d’eau situé dans l’aire de tombée des coups. Plusieurs balles sont tombées dans l’eau et Timmy, qui ne connaissait pas les règles à l’époque, était curieux de voir comment les joueurs allaient procéder dans les circonstances.

“Mon intérêt pour les règles aug- mentait aussi chaque fois que mon père arrivait d’un tournoi et m’expliquait les incidents relatifs aux règles, de dire Yorke en parlant de ses premiers pas dans le domaine. Il est arrivé à mon père d’être désavantagé par une décision et je me demandais toujours pourquoi il avait en- couru une pénalité à cette occasion.”

Peu après avoir complété le programme de niveau 2 en ligne, Timmy a commencé à travailler en vue de la certification de niveau 3. L’hiver dernier, il a contacté l’Association de golf de l’Ontario dans l’espoir de participer au cours préparatoire en ligne pour assister au séminaire de niveau 3. Alors que la plupart des jeunes de son âge vaquaient à leurs travaux scolaires ou faisaient du sport, Timmy participait à un séminaire Web pour ap- prendre les règles du golf en compagnie d’autres officiels.

Timmy admet qu’il ne joue pas aussi souvent au golf qu’il le voudrait, mais il affirme que le golf l’intéresse beaucoup plus maintenant qu’il a acquis une meil- leure compréhension des règles. À l’âge de 13 ans, il est le plus jeune Canadien à avoir obtenu les plus hautes notes à l’examen de niveau 3. L’avenir s’annonce prometteur pour lui s’il décide de poursuivre une carrière d’officiel des règles.

Articles connexes