Connexion
MENU

La Nouvelle-Zélande remporte le Trophée Astor

Par Brad Ziemer/ Golf Canada
(L-R) Julianne Alvarez, Carmen Lim, Wenyung Keh, and Amelia Garvey.rr(Photo: Chuck Russell/Golf Canada)

VICTORIA, C.-B. – Toutes vêtues de noir, à l’instar de la fameuse équipe de rugby de leur pays, les golfeuses de la Nouvelle-Zélande ont fait les choses en grand, dimanche, au Royal Colwood Golf Club.

Elles ont remporté pour la première fois le Trophée Astor, une compétition entre cinq pays disputé depuis 1959.

Et le fait de réussir l’exploit dimanche face à l’Australie revêtait un caractère particulier. À moindre échelle, c’était comme une victoire au rugby des All Blacks contre les Wallabies, mais dans un environnement beaucoup plus civilisé.

L’équipe néo-zélandaise de Julianne Alvarez, Amelia Garvey, Wenyung Keh et Carmen Lim a joué du golf impeccable pendant toute la semaine pour finalement boucler la boucle avec une victoire de 3-1 dans le volet final des matches en simples.

« Les événements de ce genre sont très rares et de l’emporter pour notre pays est réellement spécial, a dit Garvey. La Nouvelle-Zélande ne gagne pas souvent et je suis vraiment comblée. »

« Nous étions excitées à la pensée que tout se jouerait entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie à la toute fin de la compétition. C’est toujours agréable de battre l’Australie. La rivalité est toujours intense entre nous. »

Garvey a contribué de façon dramatique à la victoire en gagnant les trois derniers trous de son match contre l’Australienne Kirsty Hodgkins.

Presqu’au même moment, Keh avait le dernier mot 2 et 1 devant Stacey White. Le trophée était le leur puisque la Nouvelle-Zélande avait besoin de gagner seulement deux de ses quatre matches en simples pour savourer la victoire.

Garvey s’est empressée d’aller féliciter Keh sur le vert du 17e trou.

« Je viens de gagner mes trois derniers trous, s’est écrié Garvey. J’en tremblais au 18e trou tellement j’étais nerveuse. »

La Nouvelle-Zélande conclut la compétition de cinq jours avec un total de 3,5 points. L’Australie, l’Afrique du Sud et Grande-Bretagne et Irlande ont récolté chacun deux points tandis que le Canada a fermé la marche avec un demi point.

En conclusion, seuls la Nouvelle-Zélande et l’Australie pouvaient aspirer aux grands honneurs.

Après que les deux pays eurent divisé les deux matches en équipes en matinée, l’Australie se devait de gagner trois des quatre matches en quatuors pour ravir le trophée.

Les choses auguraient bien pour l’Australie pendant un certain temps, jusqu’à ce que Garvey mette fin au suspense. Peu après la victoire de Keh, Alvarez a gagné son match 3 et 1.

Keh a été la bougie d’allumage de la Nouvelle-Zélande. Elle n’a perdu aucun match au cours de la semaine. À l’instar d’Alvarez, son ancienne coéquipière à l’Université de Washington, elle a gagné ses quatre matches en simples.

Keh a joué de brillante façon dimanche. Elle a notamment scellé l’issue de son match en atteignant le vert à partir des arbres au 17e fanion.

« Je n’ai rien pris pour acquis aujourd’hui, a dit Keh. Je savais que nous devions de jouer du golf solide parce que les Australiennes allaient tout donner. Je suis contente d’avoir gagné parce qu’elles nous avaient battues la dernière fois. »

Le Trophée Astor s’appelait Trophée du Commonwealth lorsqu’il a été disputé pour la première fois au The Old Course, à St. Andrews, en 1959. On l’a rebaptisé Trophée Astor en 2017 pour permettre aux golfeuses irlandaises d’y participer au sein de l’équipe de Grande-Bretagne et d’Irlande.

Le tournoi a lieu aux quatre ans et pendant la compétition de cinq jours, chaque équipe de cinq golfeuses affronte une fois chacune des quatre autres formations.

L’entraîneur Jay Carter était naturellement fier du jeu de ses joueuses et de l’attitude dont elles ont fait preuve pendant la compétition.

« La victoire demeure le but visé, mais au début de la semaine, nous avions convenu d’avoir du plaisir, de faire preuve de courage, de gentillesse et d’intégrité, a dit Carter. Et je pense que nous avons réussi sur toute la ligne. »

L’équipe canadienne de Noémie Paré, de Victoriaville, Québec, Mary Parsons, de Delta, C.-B., Brooke Rivers, de Brampton, ON, et Emily Zhu, de Richmond Hill, ON, a disputé son match final contre Grande-Bretagne et Irlande. Elles se sont inclinées 4-2, mais Rivers et Paré leur ont procuré deux victoires en simples.

Rivers a eu raison de Olivia Mehaffey, 2 et 1, tandis que Paré a infligé une défaite de 6 et 5 à Alice Hewson. Mehaffey et Hewson font partie du top 12 au Classement mondial amateur.

Paré, qui entreprendra sous peu sa dernière année à l’Université Barry, en Floride, dit qu’elle se souviendra toujours de son expérience au Trophée Astor.

« Je ne savais pas à quoi m’attendre parce que j’étais peu familière avec tout ce qui entoure Golf Canada, a dit Paré. J’ai savouré chaque moment et je suis tellement heureuse d’avoir vécu cette expérience. »

Le prochain tournoi du Trophée Astor aura lieu en Nouvelle-Zélande en 2023.

Le Championnat canadien amateur féminin au Royal Colwood Golf Club en 2023

Le Royal Colwood Golf Club, qui a fait le bonheur des participantes du Trophée Astor, a accepté d’être l’hôte du Championnat canadien amateur féminin de 2023.

Conçu par le réputé architecte Arthur Vernon Macan en 1913, le Royal Colwood a accueilli plusieurs championnats d’envergure au fil des ans. Plus récemment, il a été le théâtre du Championnat canadien amateur de 2013. En 2020, il sera le club hôte du Championnat amateur de la Côte du Pacifique.

Articles connexes