Connexion
MENU

Victoire de Tiger Woods : un spectacle que l’on ne croyait plus jamais revoir !

Par Daniel Caza – MonGolf.ca
(Keyur Khamar/PGA TOUR)

Après avoir connu un été extraordinaire, le monde du golf ne pouvait demander mieux comme conclusion de la saison 2017-2018 du PGA Tour: la victoire de Tiger Woods a fait taire les sceptiques et on a eu droit à des images qu’on ne reverra pas de sitôt, peut-être même jamais!

La scène dont on se souviendra le plus de cette journée où le Canadien a offert un nouveau contrat à Paul Byron  ne sera certainement pas son dernier coup roulé, ni ses bras en l’air en V pour célébrer cette conquête. Ce ne sera pas non plus l’émotion qui l’a envahi lors des entrevues d’après-tournoi.

Ce qu’on se rappellera le plus, ce sera sûrement toute cette foule qui l’a suivi et supporté pendant qu’il marchait vers le 18e vert. C’est une marée humaine de plusieurs milliers d’amateurs qui l’ont suivi jusqu’au bout.

Quel exploit et, surtout, quels athlètes en sport individuel peuvent être comparés à ce que nous a fait vivre Tiger en fin de semaine?

Muhammad Ali? Tous les gens qui ont vécu ce moment s’en souviennent. C’était au Zaïre, en 1974. Peu de gens lui prédisaient une victoire contre George Foreman. C’est pourtant ce qui s’est produit, au huitième assaut, au terme d’un « rope a dope » mémorable.

Roger Federer? Ses 20 victoires majeures dépassent le record de 18 de Jack Nicklaus au golf.

Jesse Owens? En 1936, aux Jeux de Berlin, ses quatre médailles d’or (100m. et relais 100m.; 200m. et saut en longueur) sous les yeux de Hitler?

Il ne faut pas oublier que Woods approche de son 43e anniversaire de naissance, qu’il a subi une quatrième intervention chirurgicale au dos en mars 2017 et qu’un mois plus tard, les policiers de Jupiter, en Floride, l’appréhendaient parce qu’on le soupçonnait de conduire en état d’ébriété, alors que son être avait plutôt mal réagi à un médicament prescrit.

Pendant des jours et des semaines, Woods ne savait pas s’il allait pouvoir… marcher! Alors, l’idée de redevenir compétitif, il n’en parlait même pas.

Il est un peu triste voir que Justin Rose est celui qui a mérité le boni de 10 millions de dollars, mais ne vous en faite pas pour Tiger. Il va probablement en faire deux ou dix fois plus uniquement en contrat de commandites.

Bonne Coupe Ryder !

 

Articles connexes