Connexion
MENU

Une saveur canadienne lors du duel Tiger vs Phil

Par Adam Stanley/ Golf Canada
Tiger Woods et Phil Mickelson (Christian Petersen/Getty Images for The Match)

LAS VEGAS — Pour Andrew Pittam, c’était loin d’une semaine de travail ordinaire, mais plutôt une de ces expériences qu’il racontera pendant un bon moment.

Car la plupart des vendredis ne se concluent pas avec une poignée de main de Tiger Woods.

Pittam, de London, Ontario, est vice-président de la gestion de projets pour le groupe torontois Astound, une agence internationale de design et d’événements. La société était responsable de tous les aspects de la signalisation et du développement d’événement pour ‘The Match’ à Las Vegas vendredi, opposant Woods à Phil Mickelson, dans une confrontation valant 9 millions de dollars pour le vainqueur.

Pittam avait déjà travaillé chez IMG et possédait de l’expérience en tant que directeur de tournoi pour l’ex Telus Skins Game. Il a été fortement impliqué dans une poignée de tournées et d’événements pour la LPGA et la PGA, notamment la Coupe Tavistock conçue pour la télévision en Floride.

Mais rien, dit-il, n’était comme vendredi.

« Quand je travaillais chez IMG, il y a quelques années, nous parlions toujours de ce que ce serait de réunir Tiger et Phil. Cela n’avait jamais vraiment fait de sens pour eux en ce qui a trait à leur carrière », explique Pittam. « Si vous êtes un passionné de golf, vous devez comprendre à quel point c’était incroyable de les voir s’affronter et de conclure le duel en trous supplémentaires.

« Que les gens y assistent sur place, en personne… c’est quelque chose qui ne s’était jamais produit auparavant. »

Il y avait un petit contingent canadien sur le site du match vendredi. La légende de la comédie Norm MacDonald — qui marchait le long Shadow Creek avec un vieux putter et tentait de se rapprocher le plus possible de Woods pour prendre des photos sur son iPhone — rejoignit Pittam et son épouse Colleen, leurs amis Andrew et son épouse Stephanie, « difficile à mettre en mots », explique Andrew, le patron de Pittam, et deux journalistes faisant partie du groupe.

Ce groupe de huit personnes faisait partie des quelque 1 000 spectateurs qui regardaient The Match en personne, et Pittam avait pour tâche de veiller à ce que tout le monde se dirige là où il devrait être. Il n’y avait pas de cordon tout au long, comme pour un événement traditionnel. Au lieu de cela, il y avait un seul cordon amovible qui était constamment déplacé par un groupe de bénévoles, dirigé par Pittam.

Astound, dit Pittam, faisait partie de la production de l’événement — de la signalisation et de la marque à la gestion de l’événement — et il a déclaré que c’était une expérience unique. « Vous n’avez pas installé de cordon (le long du parcours) et lors d’une (épreuve normale du PGA TOUR), les joueurs sont fondamentalement en sécurité tout le temps. Vous les amenez au champ d’exercice et ils sont heureux, car ils ne sortent pas de la zone cordonnée. Mais quelque chose comme ça… c’était un peu délicat, » dit-il.

« Mais je pense que l’expérience sur le site pour le spectateur doit être l’une des meilleures que je n’ai jamais vues. Ils ont vécu une expérience incroyable en étant aussi proches des deux joueurs. » Pittam a joint l’équipe d’Astound il y a sept ans, après avoir débuté sa carrière chez IMG. À la fin du Telus Skins Game, Pittam a commencé à travailler dans le secteur de la mode et du patinage artistique chez IMG et il avait perdu sa passion, dit-il. Il a fait son entrée chez Astound — l’un de ses fournisseurs chez IMG — et a été impliqué dans toutes les facettes de l’entreprise, y compris des événements, des salons, des installations de marque (la société s’occupait de l’image de marque de Nike lors du week-end NBA All-Star à Toronto, par exemple) et il dirige une équipe basée à Oakville, en Ontario. Astound possède des installations de 350 000 pieds carrés à Las Vegas. L’efficacité était donc parfaite pour ce type d’événement, dit-il. Bien que The Match ne requît pas trop en termes d’infrastructures de spectateurs — avec seulement 1 000 personnes, qui souhaitaient toutes se rapprocher le plus possible de Woods et de Mickelson —, il a déclaré que l’événement était néanmoins « énorme » pour Astound. « Être appelé à travailler sur un événement qui suscitait un tel intérêt… Cet événement a été une très grosse affaire pour nous, à Toronto », dit-il. « Ce fut une excellente semaine pour notre entreprise, mais c’était vraiment génial de faire partie d’un événement comme celui-ci. »

Articles connexes