Connexion
MENU

Une fosse n’est pas qu’un trou de sable

Par Meggan Gardner/ Golf Canada
Stanley Thompson (Golf Canada archives)

J’ai parfois l’impression que l’on ne parle pas assez de Stanley Thompson. Pourtant, cet homme est une légende. Et les légendes inspirent de nombreux auteurs et – époque oblige – blogueurs. Voici donc un blogue à son sujet.

Si le nom vous est inconnu, sachez que Stanley Thompson fut l’architecte de golf canadien par excellence, qui a conçu de nombreux parcours au Canada et hors de notre pays, 145 au total entre 1920 et 1952, à une époque où se déplacer était moins facile que de nos jours. Voilà de quoi appartenir à la légende.

Mais Thompson ne tient pas sa grandeur que du seul nombre de ses parcours. Fruits d’une réflexion approfondie, ses trous sont façonnés avec le plus grand soin en mettant en valeur le paysage environnant.

J’ai eu la chance de m’attaquer au Banff Springs ─ c’est de tous les parcours de Thompson celui que je préfère, mais on me dit que c’est parce que je n’ai pas encore découvert celui de Jasper…. Chaque trou m’a laissée béate d’admiration. Et les fosses de sable sont sans pareilles.

Vous n’avez jamais joué un parcours de Thompson? Voici ce que je vous propose. Imaginez-vous sur le tertre, les yeux fixés sur la balle (coefficient de difficulté : facile). Vous levez la tête et apercevez les arbres qui bordent l’allée et, au loin, le vert protégé par des monticules (coefficient de difficulté : moyen). Mais voici que les fosses vous agressent, qu’elles vous semblent de plus en plus grosses et qu’elles vous donnent l’impression d’un gant de receveur qui essaie de vous attraper (COEFFICIENT DE DIFFICULTÉ : À LA THOMPSON).

Récemment, un visiteur s’est présenté au Musée et Temple de la renommée du golf canadien avec un autoportrait signé par Stanley Thompson. Mon cœur s’est emballé. Cet homme, Scott Simpson, m’a raconté que son grand-père, Jack Milligan, avait été préposé au parcours de Jasper pendant plus de 30 ans. Et d’ajouter que cet autoportrait lui avait été offert par Thompson, non seulement pour souligner son travail à Jasper, mais aussi pour le remercier d’avoir participé en tant que contremaître à la construction de Banff. Vous trouverez à l’adresse suivante un texte qu’a rédigé à son sujet Ian Andrew.

Scott nous a généreusement fait don de ce portrait pour enrichir notre exposition sur Stanley Thompson. Il a beau être de petite dimension, ce n’en est pas moins une pièce fantastique. J’en ai envoyé une photographie à Ian Andrew qui m’a répondu : « C’est peut-être la meilleure signature [de Stanley Thompson] que j’aie vue. »

IMG_20170106_1258473-resized

Je remercie Scott de nous avoir permis d’exposer cette pièce et j’espère que les archives personnelles de son grand-père nous le feront encore mieux connaître.

NOTE : Jack Milligan était le fils de Rae Milligan, une légende du golf canadien qui a participé à de nombreuses compétitions internationales par équipes avec Marlene Streit et Margaret Todd.

Articles connexes