Connexion
MENU

Un dimanche enlevant au Tournoi des Maîtres

Par André Rousseau/lescoulissesdusport.ca

Collaboration spéciale d’André Rousseau/lescoulissesdusport.ca

AUGUSTA, Géorgie— Il ne peut y avoir qu’un seul gagnant et le nouveau champion du Masters s’appelle Patrick Reed.

Jouant sous une pression constante du début à la fin, le golfeur de San Antonio a repoussé les attaques répétées de Jordan Spieth et de Rickie Fowler pour remporter la plus grosse victoire de sa carrière.

Patrick Reed a repoussé les attaques de Jordan Spieth et de Rickie Fowler pour gagner le 82e tournoi des Maîtres.

S’il était joueur de hockey, on dirait que Reed a joué la trappe pour se sauver avec le trophée. Une ronde conservatrice de 71 lui a valu de l’emporter par un coup sur Rickie Fowler (67) et par deux coups sur Jordan Spieth, auteur d’un magistral 64.

Spieth était à 9 coups de la tête avant la ronde finale et il a réussi neuf birdies pour s’approcher du miracle. Un bogey au 18e a mis fin à ses espoirs.

Quant à Fowler, il a réussi 6 birdies dans les 11 derniers trous, mais c’était trop peu trop tard pour le populaire golfeur de la Californie.

De toute évidence, Reed a gagné le tournoi durant les trois premières rondes durant lesquelles il a multiplié les exploits sur les pars 5, retranchant pas moins de 14 coups à la normale. Ses deux aigles en fin de ronde, samedi, ont fait la différence.

Rory McIlroy, qui tentait de compléter le grand chelem du golf, s’est avéré la grande déception de la journée. Il n’est jamais parvenu à se mettre en marche et il a joué 74 pour finir en cinquième place, sur un pied d’égalité avec Cameron Smith (66), Bubba Watson et Henrik Stenson.

À suivre.

SOUS LES GRANDS PINS

PAUL CASEY a joué la ronde de sa vie à Augusta. Il a réussi 7 birdies et un aigle en route vers un 65. Il a même menacé le record du parcours (63) avant de commettre des bogeys sur les deux derniers trous.

Paul Casey a failli égaler le record du parcours avant de commettre deux bogeys en fin de ronde.

TIGER WOODS a joué sous la normale pour la première fois de la semaine (69) et il termine le tournoi à «plus 1», très loin des meneurs. «J’ai eu des ennuis avec mes fers durant toute la semaine, a-t-il déclaré avant de rentrer à la maison. J’aurais également pu mieux faire avec mon putter. Je prendrai un peu de repos, puis je retournerai au gymnase pour garder la forme». Pas facile de retrouver la magie d’antan après une si longue absence.

PHIL MICKELSON a aussi sauvé la face avec un 67. Il s’est sorti du tournoi avec un 79, vendredi. À 47 ans, ses chances de gagner une autre fois à Augusta diminuent de jour en jour.

Pas besoin de vous dire que y’avait DU MONDE À MESSE. C’était noir de monde partout sur le terrain et les gens se déplaçaient de leur mieux pour suivre l’action.

BUBBA WATSON portait des souliers roses pour «matcher» son bois-1. Ah, ces gauchers!

JON RAHM est bâti comme une armoire à glace. Je l’ai baptisé le MATADOR DE BARRIKA (Espagne).

THOMAS LEVET, vice-champion du British Open au début des années 2000, fait la promotion du prochain tournoi de la COUPE RYDER, lequel aura lieu en banlieue de PARIS. Il aimerait beaucoup être choisi comme adjoint au capitaine.

Articles connexes