Connexion
MENU

Un artiste des coups truqués aide les vétérans à jouer au golf

Par Adam Stanley/ Golf Canada
(Todd Keirstead)

Il y a près de quatre ans, Todd Keirstead effectuait une démonstration dans un hôpital pour vétérans lorsqu’il eut une prise de conscience importante.

Le spectacle de coups de golf truqués qu’il donnait depuis plusieurs années — et pour lequel il a acquis une renommée telle que le Golf Channel a nommé un de ces coups comme Coup truqué par excellence en 2014 — émulait en fait les gestes des militaires blessés pour lesquels il effectuait cette démonstration.

C’est alors que Keirstead, qui a récemment œuvré comme superviseur de la compétition de golf aux Jeux Invictus 2017 de Toronto, a réalisé qu’il pouvait offrir plus qu’un simple divertissement. Il pouvait servir d’inspiration.

Voilà que cette prise de conscience prend forme.

Depuis samedi et ce jusqu’à la fin du mois de septembre, Keirstead se produit au bénéfice des membres de l’armée américaine et de leurs familles dans le cadre d’une initiative intitulée « Recharge for Resiliency. »

Ce programme fut instauré en 2015 comme nouvel outil pour encourager les militaires et les familles affectés par leurs déploiements et leur permettre de prendre part à des activités de soutien moral, de bien-être et de récréation.

Des professionnelles de la LPGA comme Amy Read ont participé à ces séances instructives en 2017 et Keirstead parcourra les États-Unis, l’Europe et le Japon où il se produira devant des centaines de militaires, hommes et femmes, lors de journées de golf sous le thème de « Recharge for Resiliency. »

« C’est ma façon de les remercier pour tout ce qu’ils font pour nous — et pas seulement les militaires, mais aussi leurs familles qui font d’énormes sacrifices, » confie Keirstead au téléphone tandis qu’il se préparait pour le premier événement tenu le 30 juin à Dover, Delaware.

Keirstead dit qu’il se produira durant une heure et qu’il greffera un exposé motivationnel de 30 minutes lors d’une des séances, celle qui aura lieu à Colorado Springs.

Ce sera du pur divertissement dit-il, mais depuis quelques années, Keirstead, qui est lui-même une personne valide, a su démontrer que les personnes qui se déplacent en fauteuil roulant ou même les personnes non voyantes peuvent quand même jouer au golf. Les coups qu’il frappe (alors qu’il enfile une prothèse ou qu’il revêt un bandeau sur les yeux) sont divertissants, certes, mais ils sont aussi inspirants pour plusieurs.

« Durant les dix dernières minutes de la représentation, j’explique aux spectateurs à quel point l’armée a changé ma vie et comment je transforme cette prestation divertissante en un spectacle qui a comme but d’inspirer et de motiver l’auditoire, » assure-t-il. « Un bon nombre des coups que je tente sont inspirés par la situation des vétérans qui vivent avec des blessures de guerre. »

Les coups truqués, admet-il, ne sont pas vraiment des trucs. En s’assurant de bien maîtriser les mouvements fondamentaux, il est capable de frapper n’importe quel coup à sa façon. Et comme ce qu’il fait est inédit, il est certain de voir les spectateurs quitter cette courte pause dans leur quotidien militaire avec le sourire aux lèvres.

Le nouveau rôle de Keirstead avec les forces armées américaines fait partie d’un programme à plus vaste échelle intitulé Bring Back the Game, une initiative appuyée par adidas Golf et TaylorMade au Canada. Les cliniques Bring Back the Game, assure Keirstead, aident ces personnes à surmonter les obstacles qui les affectent et démontrent que le golf peut être un outil pour les aider à rebâtir leur confiance et regagner leur amour-propre.

Il affirme être « très chanceux » d’avoir l’occasion de redonner aux militaires américains par le biais de cette plateforme et il espère que cela permettra d’amplifier le message que le golf est un sport qui s’adresse à tous, peu importe leur âge ou leurs capacités physiques et intellectuelles.

« Ces coups truqués que je frappe par pur plaisir pour divertir sont en fait une source de motivation et d’inspiration pour nos troupes, » dit-il. « Cela démontre qu’on peut s’adapter et continuer de jouer au golf. »

Articles connexes