Connexion
MENU

Qui est Charles-Éric Bélanger qui met fin à presque 40 ans d’attente avec brio?

Grâce à Charles-Éric Bélanger, le golf québécois compte donc son premier champion canadien chez les juniors en 39 ans suite aux résultats au club Summerlea.

André Nols, maintenant pro-proprio du centre Le Jeannois, avait été le précédent en 1976. Il y avait auparavant eu Dale Tallon en 1969.

Il s’agit bel et bien de l’actuel directeur général des Panthers de la Floride. Aussi architecte des trois Coupes Stanley des Blackhawks en six ans, celui-ci a appris son golf au neuf trous de la mine de Noranda.

TALENT ET FORCE DE CARACTÈRE

Le jeune Bélanger, du club Royal Québec, a fait les choses en grand à 16 ans seulement pour mettre fin à quatre décennies d’attente.

En plus de montrer son talent sur le difficile parcours Summerlea avec des cartes de 71, 75, 71 et 71 pour égaler la normale, il a manifesté une belle force de caractère.

Après une séquence en montagnes russes avec un aigle au 11e immédiatement suivi d’un triple bogey au 12e en ronde finale, il a enregistré un oiselet au 17e avant de disposer au premier trou de prolongation de l’Ontarien Maxwell Sear, auteur de quatre «birdies» au neuf final dont le dernier au 18e.

En plus du titre chez les juniors, il a aussi enlevé celui chez les juvéniles pour le doublé qui ne s’est produit que sept fois dans les annales de Golf Canada.

LA FIERTÉ DE ROYAL QUÉBEC

Au club Royal Québec, on se réjouit bien sûr des succès de Charles-Éric Bélanger.

«Le nouveau champion canadien est aussi titulaire du championnat du club qu’il a remporté l’an dernier en remettant un compte de 64 en ouverture», dit Mario Bouchard, le directeur général des 36 trous de Bosichâtel, qui a passé une partie de l’ultime journée du championnat sur internet.

«Je voulais que nos membres soient informés du brio de notre jeune homme», mentionne-t-il.

Mario Bouchard décrit ainsi le jeu du talent d’exception. «Mettons qu’il possède déjà pas mal tout. Il a des jambes de joueurs de hockey. Il a aussi une bonne tête», déclare l’administrateur.

Les gênes aident également.

«Son père Patrick est un très bon joueur. Il a fait son golf junior ici», poursuit-il.

«Ce qui arrive à Charles-Éric est tout sauf un hasard. Il a joué 66 et 67 plus tôt cet été pour se qualifier aux nationaux juniors des États-Unis. Il est super dédié. On le voit toujours avec un bâton dans les mains. Il réussit en raison du temps qu’il investit dans sa partie», d’ajouter Mario Bouchard au sujet du protégé de l’entraîneur Fred Colgan.

DIRECTION ÉQUIPE CANADA

Le Royal Québec veut faire sa part pour aider son talent d’exception.

Ce double championnat chez les 16 et 18 ans vaut toutefois déjà à Charles-Éric une invitation au Championnat canadien amateur en Ontario cette semaine et un encadrement (lire aussi financement) de Golf Canada s’il est nommé sur l’équipe nationale en 2016. Dans ce cas, attendez-vous aussi à sa sélection pour les Mondiaux juniors au Japon en juin prochain.

TIR GROUPÉ D’ICI

Une mention spéciale va au tir groupé provincial avec Raphaël Lapierre-Messier, de Pinegrove, 3e à +3 et Brandon Lacasse, de Kanawaki qui a complété 6e à +7.

Plus tôt dans la semaine, le trio Bélanger, Lapierre-Messier et Étienne Papineau, un autre de Pinegrove, couronné champion amateur du Québec au Royal Estrie à la fin juillet (16e au final) avait enlevé le titre interprovincial.

Articles connexes