Connexion
MENU

L’Omnium canadien RBC : la disette québécoise se prolonge

Par Mario Brisebois/ mongolf.ca
Joey Savoie (Golf Canada)

Il y a bien Sara-Maude Juneau qui a réussi, mais comme les cadets n’apparaissent pas dans les classements malgré leur apport essentiel, aucun joueur du Québec n’est parvenu encore à atteindre les rondes du week-end à l’Omnium RBC du Canada, à Glen Abbey.

Craig Matthew demeure donc toujours le dernier à avoir complété les quatre jours en remontant à 1999.

Et pourtant, il existait des indicatifs positifs permettant d’espérer que cette fois pourrait être la bonne avec Hugo Bernard, Marc-Étienne Bussières et Joey Savoie sur les rangs.

Il faut retourner sinon aux années de Daniel Talbot ainsi que son frère Stéphane, Jean-Louis Lamarre, Serge Thivierge, Marc Girouard et Rémi Bouchard pour une multi-représentation québécoise.

Hugo était si proche… l’an dernier

Hugo Bernard, d’Équipe Canada et de Laval-sur-le-Lac, est tellement meilleur que ses cartes de 76 et 74 (+6) comme le montre sa 43e place au classement mondial chez les amateurs, mais la semaine n’a définitivement pas été la sienne, surtout des tertres de départ.

Cette déception s’ajoute à celle de l’an dernier alors que ses 71 et 70 (-3) s’étaient avérés un seul coup de trop.

«Hugo  est déçu. Il a éprouvé plus de difficultés à gérer sa puissance ce qui ne m’empêche de croire qu’il sera prêt aux championnats du Canada et des États-Unis à venir chez les amateurs», me commente son entraîneur Daniel Langevin.

Marc-Étienne a constaté la différence

À sa première expérience en compagnie des plus grands, Marc-Étienne Bussières du club Longchamp, a vite compris la différence qui existe entre les tournois de la PGA   canadienne, dont il est le meneur au total des points, ce qui lui a valu son invitation, et le circuit de la PGA.

La vitesse des verts et l’herbe longue différente et le manque de familiarité de l’ambiance en général avec le grand circuit expliquent en large partie ses pointages de 75 et 74.

Joey était dans le coup

Bien qu’aussi une recrue à l’Omnium canadien, Joey Savoie a été celui des trois qui a le mieux fait.

Il n’y a pas de gêne à jouer 71 et 72 sur un parcours de 7452 verges, mais le hic est qu’il  il fallait -4 pour survivre samedi et dimanche, ce qui donne de nouveau toute la force au slogan. «These Guys Are Good!».

Membre d’Équipe Canada et du club Pinegrove de même que 98e mondial chez les amateurs, il est également encadré par Daniel Langevin sur place pour épier les deux talents.

«Joey poursuit ses progrès. Il ne manque que de petits ajustements ici et là. Lui aussi sera à bien garder à l’œil aux championnats canadiens et des USA à venir», commente Langevin aussi à la barre de l’enseignement à Laval-sur-le-Lac et des Carabins.

Très bon travail, Sara-Maude!

Initialement, Sara-Maude Juneau était à Glen Abbey dans son rôle d’entraîneure à Golf Canada qu’elle accomplit avec haute implication. C’est un concours de circonstances qui a mené l’ex-joueuse de la LPGA aux responsabilités comme cadet de Chris Crisologo, la révélation avec des cartes de 68 et 69 (-7) qui lui valaient la très honorable 23e place à mi-chemin.

Pas surprenant que la communication ait si bien fonctionné. Puisque Chris est aussi un talent d’Équipe Canada, les deux se connaissent très bien.

Quoique son joueur se soit qualifié, Sara-Maude ne pouvait être à Glen Abbey en fin de semaine en raison d’un conflit d’horaire. Elle devait prendre l’avion vers Vancouver. Les championnats juniors canadiens sont le prochain rendez-vous à son agenda de «coach».

Dustin Johnson 68, Matt Kuchar 69 et Bubba Watson 70, tout comme le Canadien Adam Hadwin.

Tommy Fleetwood était à moins cinq et Sergio Garcia à moins quatre sur le terrain lors de la suspension définitive du jeu en raison de la noirceur alors que Brand Snedeker était à moins trois.

Chez les 21Canadiens, David Hearn et Nick Taylor ont fini avec 68 chacun.

Articles connexes