Connexion
MENU

Les Huot

Par Mario Brisebois
(Golf Canada Archives)

On parle ici d’une véritable dynastie, née au début du siècle dernier. Et pas dans n’importe quel club, mais bien à l’un des plus anciens d’Amérique du Nord, le Club de Golf Royal Québec fondé en 1874. Il faut dire que la famille Huot habitait juste en face, à Boischâtel, près des chutes Montmorency, et qu’enfants, les huit fils ont travaillé au club comme cadets pour aider leurs parents à joindre les deux bouts.

Aujourd’hui encore, c’est un descendant Huot, Nicolas, 48 ans, qui occupe le poste de professionnel en titre du Royal Québec, après avoir succédé à son père Rodrigue qui en avait hérité de son propre père Rodolphe en 1977. Une dynastie qui se poursuit presque sans interruption depuis 80 ans.

« Non, il n’existe pas de contrat générationnel entre le club et les Huot, mais oui, il s’agit d’une succession unique au golf », reconnaît Marc Grenier, directeur général à la retraite du Royal Québec et historien du club.

Nicolas est fier de son héritage familial, gage de continuité pour le vénérable établissement où il officie depuis 2005 : « Mon père a été un modèle incroyable. Il ne cessait de me répéter que l’important, ce sont les membres. Je continue de suivre son plan de match. Dans une industrie golfique où il est si difficile de fidéliser les membres, je crois que c’est une des valeurs les plus sûres pour les professionnels. »

L’héritier, conscient de l’importance d’assurer la relève, aussi, dirige en outre l’académie de golf du club. Mais au début du vingtième siècle, il n’y avait pas d’académie au Royal Québec. C’est auprès des membres, en portant leurs sacs, que les ancêtres Huot avaient appris à jouer.

Trois d’entre eux allaient devenir professionnels : Jules, Rodolphe et Roland. En 1946, Rodolphe Huot revenait au club de son enfance pour y assumer à 34 ans les tâches de pro en titre – poste qu’il occupera jusqu’en 1976 – après un passage comme assistant de 1937 à 1944. Entretemps, il suivait Roland et Jules sur les circuits professionnels, eux qui avaient occupé le même poste de 1937 à 1941 et de 1942 à 1944 respectivement.

Bien que les frères Huot aient tous connu un certain degré de succès au golf amateur et professionnel, au Québec ou ailleurs, c’est sans contredit Jules le plus célèbre des huit fondateurs de la dynastie. Membre du Temple de la renommée du golf canadien, il fut vainqueur de trois Championnats de la PGA du Canada (1934, 1939 et 1946) et d’autant d’Omniums du Québec (1934, 1945 et 1958), et termina deux fois meilleur professionnel canadien à l’Omnium canadien. Mais ses plus grands accomplissements sont sa victoire à l’Omnium General Brock du Circuit de la PGA en 1937 et ses trois participations au Tournoi des Maîtres, en 1935, 1936 et 1940.

En hommage à la célèbre lignée, le Royal Québec inaugurait en 2009 une vitrine patrimoniale, dans son pavillon, où de nombreux trophées et souvenirs retracent l’histoire de la grande famille Huot. Ils ne seront pas oubliés, leur descendant Nicolas s’en porte garant.


May_2017_cover-FR

Cet article a été publié dans l’édition Familles au jeu du magazine Golf Canada. Pour lire l’article dans le format original, cliquez sur l’image.

Articles connexes