Connexion
MENU

Silverman et Hughes ressentent l’effet Tiger

Par La Presse canadienne, avec le concours de Golf Canada
Tiger Woods (Jeff Gross/Getty Images)

Ben Silverman n’a pas eu à chercher ses partenaires de jeu dimanche dernier avant la ronde finale de l’Omnium Farmers Insurance. Son téléphone s’est mis à vibrer dès que les appariages ont été annoncés.

Il s’avère que Silverman a été jumelé au légendaire Tiger Woods, dans un trio complété par Scott Stallings. Silverman, de Thornhill, Ontario, fut bombardé de textos d’amis et de membres de sa famille, ravis de savoir qu’il se mesurerait à l’illustre Tigre pour la première fois de sa carrière.

« J’ai reçu environ 20 ou 30 messages à peine deux heures après la publication de mon heure de départ, » relate Silverman. « Tout le monde le savait déjà. Comme mon épouse reçoit les messages texte directement du circuit de la PGA, elle l’a tout de suite su. »

Il y a des avantages et des inconvénients à jouer au golf avec Woods. C’était passionnant de voir de près celui qui compte 14 victoires en tournois majeurs, mais l’immense galerie qui mène Woods d’un trou à l’autre peut être une distraction.

Silverman a inscrit un score de 75 dimanche pour terminer le tournoi à égalité en 62e position, à deux coups sous la normale. Woods avec une carte de 67 a grimpé de 28 échelons au tableau final pour se classer 20e à moins -10 tandis que Stallings (72) concluait ex aequo au 43e rang à moins -5. C’est toutefois Justin Rose qui a remporté l’épreuve par deux coups, inscrivant un score de 21 coups sous la normale.

Ce que Silverman a retenu de l’expérience est la manière dont Woods exhibe sa confiance en soi.

« Il s’attend toujours à réussir un bon coup, estime avoir une chance de réussir l’oiselet et il compte aussi caler le roulé, » confie Silverman. « Cette attitude, la façon dont il aborde le tout, peu lui importe qu’il soit sur le trou le plus facile du parcours ou le trou le plus difficile du parcours, » d’ajouter le Canadien.

« Cela a un peu changé mon point de vue parce qu’il essaie de gagner chaque coup qu’il joue. Je pensais que c’était plutôt cool de le voir et d’en témoigner de première main. C’est le genre d’attitude qui vous aide à gagner 80 tournois de golf. »

Mackenzie Hughes, de Dundas, Ontario, a pour sa part joué avec Woods lors de la ronde de samedi. Hughes jouait pour la deuxième fois avec Woods, car ils avaient été jumelés lors du tournoi Players Championship de 2018.

Cette expérience antérieure a aidé Hughes à se sentir plus à l’aise de jouer aux côtés de Woods, mais il convient avec Silverman qu’il n’y a rien de tel.

« On peut vraiment ressentir cette énergie et cette confiance, » a déclaré Hughes, qui a terminé à égalité au 29e rang lors du Farmers Insurance. « Il se comporte comme un gars qui a beaucoup gagné et qui sait comment le faire, » poursuit-il.

« On a juste l’impression d’être au milieu d’une arène, comme s’il n’y avait que vous deux. C’est vraiment ahurissant. On a l’impression de disputer son propre tournoi au beau milieu d’un autre tournoi. »

Un avantage inattendu pour Silverman était la poignée de gardes de sécurité qui surveillaient attentivement Woods. Bien que protéger Woods soit leur devoir, ils aideraient aussi à dissiper la foule si des coups de Stallings ou de Silverman atterrissaient hors-jeu. À un moment donné, Silverman avait besoin d’une pause toilettes et les membres de la sécurité étaient là pour le guider à travers la foule.

Mais bien plus que sa garde personnelle, c’est vraiment l’aspect psychologique autour de Woods qui restera en mémoire pour Silverman.

« Je pense que je vais simplement me souvenir de ces leçons mentales que j’ai acquises en jouant aux côtés de Tiger et que je vais adopter cette attitude pendant les tournois, » dit Silverman. « J’ai joué la qualif du lundi pour l’Omnium de Phoenix avec cette attitude et c’était vraiment une façon bien différente d’aborder le parcours. Cela m’a beaucoup plu. »

Silverman ne s’est pas qualifié à Phoenix et sa prochaine épreuve sera le Pro-Am AT & T de Pebble Beach, en Californie.

À Phoenix, Hughes sera aux côtés de David Hearn de Brantford, Ontario, Blair Hamilton de Burlington, Ontario, ainsi que Nick Taylor et Adam Hadwin, d’Abbotsford, en Colombie-Britannique.

« Si je pouvais seulement décocher un peu mieux, je veux dire… je frappe quand même assez bien des départs, mais si je peux repérer quelques allées de plus, cela va produire de meilleurs scores, » avoue Hughes. « Je me sens bien dans ma préparation et dans la progression de mon jeu. Ce devrait être une bonne semaine, j’aime beaucoup le parcours. »

Articles connexes