Connexion
MENU

Le sommet de la science du golf

Par John Gordon

Si cous croyez que le conclave bisannuel du World Scientific Congress of Golf (WSCG) – le Congrès scientifique mondial du golf – n’intéresse que les experts à tête chercheuse, détrompez-vous.

La théorie des « effets de percolation » est peut-être contestable en économie, mais il ne fait aucun doute que les impacts de la recherche de pointe se font sentir à tous les niveaux du sport.

« Une bonne part de ce que nous faisons comme golfeurs – de notre façon d’exécuter notre élan à l’équipement que nous utilisons, en passant par nos habitudes d’entraînement et d’exercice – nous vient d’excellentes recherches », souligne Glenn Cundari.

Cundari, directeur technique de la PGA du Canada, préside le congrès de cette année qui se tiendra du 11 au 13 juillet prochain à l’Université de la Vallée du Fraser à Abbotsford, C.-B. Après avoir participé à son premier WSCG en Australie, en 2014, il a obtenu deux ans plus tard à St. Andrews, en Écosse, la permission de faire venir cette prestigieuse assemblée au Canada pour une première fois.

Le premier WSCG a eu lieu à St. Andrews, en 1990, et son objectif était de réunir « des chercheurs, des professionnels et des golfeurs qui s’intéressent au golfeur, au parcours de golf, à l’équipement et à la technologie du golf », selon le site Web de l’organisation, à www.golfscience.org.

« Les discours, conférences et exposés de recherche, ainsi que les ateliers et panels d’experts réputés ont pour but d’explorer divers sujets liés au golf et de présenter des concepts novateurs. Des conférenciers de partout dans le monde partagent leurs connaissances sur une plateforme de discussion permettant d’approfondir nos connaissances en matière de golf. »

Tout en reconnaissant que la recherche sur toutes les facettes du golf est assez répandue, Cundari parle du WSCG comme étant le Super Bowl de la science golfique. Le comité de sélection des conférenciers a reçu des dizaines de résumés de recherche à évaluer et de ce nombre, les candidats retenus seront bientôt annoncés, de même que l’ordre du jour du prochain congrès.

Cundari est persuadé que l’évènement constituera une extraordinaire occasion d’apprendre, non seulement pour ceux qui font de la recherche sur le golf, mais aussi pour les professionnels de la PGA et de la LPGA, en particulier ceux et celles qui œuvrent à l’enseignement et à l’entraînement. « On y met beaucoup l’accent sur l’enseignement et l’apprentissage, et nous croyons que ce congrès intéressera l’ensemble de la communauté golfique. »

Pour de plus amples renseignements ou pour vous inscrire, veuillez visiter le site Web de l’organisation, à www.golfscience.org, ou communiquer avec Cundari par téléphone au 705-492-2152 ou par courriel à wscg2018@gmail.com.

Articles connexes