Connexion
MENU

Le programme de l’équipe nationale contribue à l’essor du golf au Canada

(Golf Canada)

Aujourd’hui, Brooke Henderson, Adam Hadwin et Mackenzie Hughes sont des noms familiers pour les fans canadiens en raison de leurs résultats impressionnants sur la scène professionnelle.

Et il est indéniable que le programme de l’équipe nationale de Golf Canada a joué un rôle important dans leur réussite.

Tout commence en 2005 avec la création d’une équipe amateur masculine et d’une équipe amateur féminine, mais le programme fera des petits au fil des ans. Pour l’heure, il comprend la formation de développement, la formation amateur, la formation Jeune pro et l’équipe olympique.

Le programme fournit à longueur d’année du soutien et des services de premier choix aux athlètes qui en sont membres afin de les aider à atteindre leurs objectifs à court et moyen terme.

« J’ai intégré l’équipe nationale à 14 ans et, cette même année, j’ai gagné un tournoi professionnel au Québec », se rappelle Brooke Henderson qui revendique déjà quatre victoires sur le Circuit de la LPGA.

« J’ai disputé mon premier tournoi de la LPGA à 14 ans également. Je dois en remercier mon père, qui est mon entraîneur, et l’équipe nationale du Canada que je venais tout juste de rallier. »

Aujourd’hui âgée de 19 ans, cette Ontarienne de Smiths Falls ne tarit pas d’éloges sur le programme. Celui-ci englobe des éléments importants comme le conditionnement physique, les sciences du sport, la psychologie, la nutrition, la technique, l’équipement et la compétition internationale.

« J’ai eu plusieurs fois la chance de participer à des compétitions aux États-Unis et ailleurs dans le monde, comme le championnat amateur de Grande-Bretagne et les Mondiaux amateurs », de poursuivre Henderson.

« L’appartenance à l’équipe m’a beaucoup appris. Et je ne parle pas seulement des entraîneurs, mais aussi des nutritionnistes, des psychologues, des spécialistes de la force et du conditionnement. J’ai pu me familiariser avec toutes les facettes du golf, et cela a joué un rôle capital dans mon développement. »

Golf Canada, dans son processus de sélection, offre des places aux athlètes dans les équipes respectives en se basant sur leurs résultats et d’autres critères. De plus, chaque membre profite d’un programme personnalisé adapté à ses besoins propres.

Dans le cadre du programme, les calendriers de compétition sont examinés et approuvés par les entraîneurs.

Derek Ingram est l’entraîneur-chef de l’équipe amateur masculine, de la formation masculine Jeune pro et de l’équipe masculine olympique tandis que Robert Ratcliffe est l’entraîneur-chef de la formation masculine de développement.

Quant à Tristan Mullally, il est l’entraîneur-chef de l’équipe amateur féminine et des volets féminins de la formation Jeune pro et de l’équipe olympique. Ann Carroll est entraîneuse-chef de la formation féminine de développement.

De plus, des chefs de file des sciences du sport font partie intégrante du programme et y jouent un rôle important, souvent dans les coulisses.

Meilleure golfeuse amateur du pays, Maddie Szeryk estime quant à elle que le personnel du programme de l’équipe nationale l’a aidée à améliorer son jeu.

« Le programme compte de nombreux éléments. Il y a Tristan, notre entraîneur-chef, mais aussi une psychologue, un physio et j’en passe. Ils sont tous formidables. Il est sûr qu’ils m’ont aidée depuis quelques années et j’ai une dette envers le programme », de dire Szeryk.

« C’est fantastique de pouvoir recourir à un psychologue parce que le golf est un sport où l’aspect mental est primordial. Il est important de comprendre comment réagir si tu ne joues pas bien ou si tu te trouves dans telle ou telle situation », ajoute Szeryk, championne amateur de l’Ontario en 2015.

En sa qualité de psychologue sportive du programme de l’équipe nationale, Adrienne Leslie-Toogood insiste sur l’importance de maintenir le bon état d’esprit.

« Un golfeur doit, par exemple, évaluer la distance et sélectionner le bâton approprié, mais nous oublions parfois qu’il est un être humain et, donc, vulnérable à l’anxiété et au stress », note Leslie-Toogood qui, en plus d’exercer sa profession, est membre auxiliaire du corps professoral è l’Université du Manitoba.

« Nous voulons aider les athlètes à prendre conscience de leur situation mentale et leur fournir des outils qui les aideront à se détendre et à se concentrer durant leur partie. Si leurs pensées ne sont pas productives, nous leur proposons des outils et des stratégies qui leur permettront de trouver leurs marques sur le parcours et d’obtenir les meilleurs résultats possibles. »

Szeryk donne un exemple personnel de l’aide que lui a apportée le physiothérapeute du programme, Greg Redman.

« J’avais des maux de dos et Greg a facilité la guérison en me proposant divers exercices », indique Szeryk qui a la double citoyenneté américaine et canadienne et qui fréquente l’Université du Texas A&M.

À titre de physiothérapeute en chef et d’entraîneur de la force et du conditionnement, Redman sait mieux que quiconque que les athlètes doivent être au summum de leur forme.

« Comme plusieurs autres sports, le golf ne comporte pas que des éléments techniques. Il y a aussi l’aspect mental, la force et le conditionnement et cetera », note Redman, un spécialiste de la physiothérapie clinique qui a aussi travaillé avec l’équipe olympique canadienne à Athènes, Turin, Beijing, Londres, Sotchi et Rio de Janeiro.

« Les athlètes doivent être au sommet de leur forme pour obtenir les meilleurs résultats, rester en santé et éviter les blessures. Ce sont des sujects que nous abordons avec les athlètes dans le cadre du programme », ajoute-t-il.

Impliqué dans le programme depuis ses tout débuts en 2005, Redman voit comme une récompense les succès d’anciens membres.

« Nick Taylor et Adam Hadwin ont été sélectionnés dès le début et ils étaient déjà parmi les meilleurs. Je n’en reviens pas de voir à quel point ils ont progressé et je me réjouis de leurs succès. »

Selon Hadwin, qui a effectué une percée cette année en gagnant le Championnat Valspar en mars, sa première victoire sur le PGA TOUR, le golf canadien est en pleine ascension.

« Nous avons des gars qui jouent bien sur le Circuit Web.com et qui sont prêts à franchir l’étape suivante, note Hadwin. Derrière eux, d’autres sont prêts à accéder à ce circuit de perfectionnement. À mon avis, le golf canadien est entre bonnes mains et il ne peut que continuer à s’améliorer. »

Outre Henderson, Hadwin et Taylor, d’autres figures connues ont participé au programme comme Maude-Aimée LeBlanc, Jennifer Ha, Graham DeLaet et Mackenzie Hughes.

« Derek, Tristan et le reste de l’équipe d’entraîneurs ont joué un rôle significatif dans le succès du programme et des athlètes », indique Redman.

« C’est emballant de faire partie d’une équipe qui a aidé autant d’athlètes à progresser. »

Ambassadrice du golf au pays et fine observatrice de ce sport, Lorie Kane applaudit la contribution du programme de l’équipe nationale.

« Tristan, Derek et les autres font un travail colossal », de dire Kane, membre du Temple de la renommée du golf canadien. « Pour qu’un athlète puisse être le maître de son sport, il doit pouvoir tendre la main pour obtenir de l’aide. Golf Canada a fait un travail efficace en ce qui a trait à l’aide aux athlètes.

« À coup sûr, le programme repose sur des bases solides », conclut-elle.

Articles connexes