Connexion
MENU

Le golf, un sport à la mesure des Canadiens

Par John Gordon
(Bernard Brault/ Golf Canada)

Ce dimanche 28 mai, le Canada célèbre la Journée du golf dans le cadre de Palmarès 150 de PartipACTION, une initiative invitant les Canadiens à participer à 150 activités au cours de l’année à l’occasion du 150e anniversaire du pays. Plusieurs activités golfiques amusantes auront lieu dans divers établissements canadiens (on en trouvera la liste à http://golfcanada.ca/journee-golf).

Même s’il n’y a pas un événement en bonne et due forme dans votre région, manifestez quand même votre soutien au sport et au pays que nous aimons.

Point n’est besoin de justifier votre amour du golf. Mais si vous voulez convaincre des amis non-golfeurs de pratiquer ce sport, voici quelques bonnes raisons de fêter dimanche la Journée du golf. Comme vous le constaterez, le golf reflète des valeurs typiquement canadiennes.

Le golf est inclusif. Le golf ne fait pas de discrimination de race, de couleur, de religion, de sexe, d’âge, de taille ou d’habileté. Même les balles de golf ont différentes couleurs…

Le golf est démocratique. Nous sommes fiers de notre modèle démocratique de gouvernement. Le golf est le plus démocratique des sports grâce au système de handicap. C’est le seul sport où tous les joueurs peuvent rivaliser sur un pied d’égalité, quel que soit leur niveau d’habileté.

Le golf est honnête. On dit que le golf ne forge pas le caractère, mais qu’il le révèle. Le plus souvent, aucun arbitre ni officiel n’est présent pendant la partie. Si vous enfreignez une règle, vous vous autopénalisez. Cela exige du courage et de l’intégrité, deux autres traits canadiens.

Le golf a des règles. Au quotidien, la primauté de la loi est importante pour les Canadiens. L’ordre est une valeur que nous respectons. De même, les règles du golf inculquent à ses adeptes l’importance de l’équité, de la justice, de l’étiquette, de la sécurité, du respect d’autrui, etc.

Le golf est dur. Les Canadiens ne craignent pas l’effort. À moins de gagner la loterie, rien de bon n’arrive sans le travail. Il en va de même pour le golf. Pour s’améliorer, il faut y mettre le temps.

Le golf est amusant. Vous ne me croyez pas? Eh bien, regardez les faits. Notre pays a le plus haut taux de participation au golf per capita au monde. Comme nous ne sommes pas une nation de masochistes, ce phénomène s’explique par le plaisir que procure la pratique du golf.

Le golf est solitaire. Que vous le pratiquiez seul ou avec d’autres, le golf fournit l’occasion d’apprécier la beauté de la nature canadienne et d’oublier les pressions qu’exerce nous nous tous la vie quotidienne. On a comparé les avantages de cette « pleine conscience » à une forme de méditation.

Le golf est social. Les Canadiens aiment faire la fête. De Terre-Neuve-et-Labrador à la Colombie-Britannique, les chalets de golf peuvent refléter les cuisines, la musique et autres vertus régionales, mais ils ont aussi un dénominateur commun : la camaraderie et la bonne humeur.

Le golf est familial. Le tissu familial est essentiel aux Canadiens, et le golf le renforce. Il n’est pas inhabituel de voir trois, sinon quatre générations jouer ensemble. Ce n’est pas pour rien que l’on dit du golf qu’il est « le sport d’une vie ».

Pour terminer, je célébrerai dimanche la Journée du golf sur le parcours. Et vous?

Note de la rédaction : La Journée du golf se déroule dans le cadre de Palmarès 150 de ParticipACTION, une initiative invitant les Canadiens à participer à 150 activités au cours de l’année à l’occasion du 150e anniversaire du pays. Pour en savoir plus sur Palmarès 150, visitez participaction.com/150. La Journée du golf reçoit l’appui des divers partenaires de l’industrie du golf : Association nationale des propriétaires de terrains de golf, PGA du Canada, Société canadienne des directeurs de club, Association canadienne des surintendants de golf, Golf Canada et ses 10 associations provinciales.

Articles connexes