Connexion
MENU

En plus du grand Dustin, ajoutez donc Golf Canada comme co-gagnants de l’Omnium cette année

Par Mario Brisebois

En effet, ce n’est pas un, mais deux gagnants que l’Omnium canadien RBC a couronné à Glen Abbey, dimanche.

En plus de Dustin Johnson, ajoutez donc Golf Canada de retour avec un numéro un mondial et titulaire au grand chelem comme champion national ce qui rehausse tout de suite la valeur de la présentation.

Historiquement, le Canada a très souvent été gâté par la renommée des vainqueurs.

Pensons à Lee Trevino, de passage la semaine passée pour son intronisation, Greg Norman, Nick Price qui ont tous gagné deux et même trois fois plutôt qu’une, Tiger, Billy Casper en remontant jusqu’à Arnold Palmer dont juste l’évocation des noms ajoute dès l’instant au prestige.

Chez les très grandes pointures, seuls Gary Player et Jack Nicklaus n’apparaissent pas sur la liste. Cela dit, on ne pourra jamais non plus accuser Jack de ne pas avoir accompli sa très large part en terminant deuxième, rien de moins qu’à sept occasions.

Côté champions de grande réputation, l’Omnium a toutefois connu un très sérieux creux de vague un moment donné.

Chev Reavie, Nathan Green, Scott Piercy, Carl Pettersson et Sean O’Hair ont été de très gentils vainqueurs, mais la réalité est qu’ils ont eu zéro impact auprès du public.

Pas question ici d’aller jusqu’à prétendre que Dustin est un sauveur, mais sa réussite vient donner un nouvel élan à l’Omnium.

Et que dire de sa popularité auprès des amateurs à Glen Abbey. Certains prétendent que les fans du beau-père Wayne Gretzky se sont rangés derrière le gendre alors qu’il ne faudrait pas oublier… Paulina.

C’est tout sauf une coïncidence si Laurence Applebaum, chef de direction de Golf Canada, et le futur président canadien Charlie Beaulieu, du club Le Mirage, arboraient les deux leur beau sourire du dimanche à la fin.

À compter de maintenant, la seule visite de la PGA au Canada, laquelle s’effectuera à Hamilton en 2019, devient définitivement plus attrayante et commode à vendre avec la binette de Dustin Johnson sur les affiches cela tant pour le grand public ainsi que des loges et les commandites aux compagnies.

L’Omnium canadien ne deviendra jamais une machine à imprimer de l’argent comme les Opens américain et britannique, mais voilà une belle occasion de donner un nouvel élan pour bonifier les revenus qui servent au financement des programmes du golf au pays.

Tout en se souhaitant évidemment un retour à Montréal, ce qui ne semble malheureusement pas sur le radar en ce moment, bon et long règne, Dustin!

Articles connexes