Connexion
MENU

Échos du 19e : Paul Brouillard au Panthéon des sports de Sherbrooke ?

Par Mario Brisebois

Paul Brouillard mérite sa place au Panthéon des sports de Sherbrooke

Une idée bien sentie et lancée l’an dernier dans une conversation au 19e à l’effet que Paul Brouillard mériterait sa place au Panthéon des sports de Sherbrooke est récupérée, chemine et je m’en réjouis.

Il n’a pas gagné de médaille d’or olympique, ni joué à Wimbledon ou avec le Canadien.  Quoique différent, son apport dans le sport n’est pas moins méritoire.

La vente prochaine (le 30 juin), combinée avec le 40e anniversaire l’an dernier, redonne l’occasion de revisiter les réalisations de l’homme d’affaires de 94 ans au club Venise.

Il a non seulement dessiné les 36 trous, mais il les a bâtis.

André Rousseau écrivait que Paul était encore sur son tracteur ces derniers jours même si la santé demande plus de vigilance.

« Il est la personne la plus travaillante que j’aie connu », me mentionnait récemment Roger H. Legault, ex-président de Golf Québec et de l’Omnium canadien aussi très familier avec Paul Brouillard ayant été aussi président et champion maintes fois de la classe A à Venise dans les deux cas.

Aussi un grand animateur du sport…

Issu du monde de l’automobile jusqu’à ce qu’il fasse le virage dans le golf au point d’y investir et délaisser les «chars», Paul Brouillard aura été un animateur de premier plan   dans le sport à Sherbrooke, Magog et la région.

«L’endroit n’a évidemment pas toujours eu 36 trous bien sûr. Cela compris, je suis très à l’aise avec le chiffre entre 1,5 et 1,8 million de parties qui ont été jouées à Venise, ce qui en révèle long de son implication dans la population», estime Marc Grenier, ex-président de l’Association des directeurs généraux du Québec impliqué au dossier de Paul Brouillard.

En passant, cet ancien d-g de Royal Québec à la retraite à Sherbrooke est celui qui a relancé l’idée de Panthéon pour Paul Brouillard.

Pas question ici de rien bousculer. Jean Perrault, président du Panthéon de Sherbrooke et son comité accomplissent du travail coté reconnaissances.

Mes espions m’affirment qu’il a été contacté par Roger H. Legault.

Jean Perreault sait très bien comment faire avancer les choses.

Il a été maire de Sherbrooke pendant quinze ans (il est allé chercher les Jeux du Canada et ceux de la Francophilie), président de l’Union des municipalités, membre de l’Ordre du Canada et plus encore en plus d’être un habitué du club Venise.

La suite viendra. Paul Brouillard à mon vote. Pourquoi pas un hommage du golf. Il y a Joe LeBlanc, Duke Doucet et André Maltais qui sont d’autres noms de la région dont l’étoile a scintillé.

Statu quo à Venise pour «quelques années»

Les habitués club Venise vont se réjouir, de même que son idéateur et concepteur Paul Brouillard.

Malgré la vente des 36 trous la semaine dernière à Gilles Beaucage, un homme d’affaires de Magog évoluant dans le milieu de l’automobile, et les projets immobiliers de celui-ci (hôtel, centre de congrès et développement domiciliaire), le golf dans sa forme actuelle va rester pour le moment et davantage.

Chose certaine, il n’y a définitivement pas de sentiment d’urgence ressenti.

«Les deux parcours sont là pour quelques années», a déclaré le futur proprio (à compter du 30 juin) à Jean-François Gagnon, de La Tribune de Sherbrooke.

Bref, empressement ne semble pas dans le vocabulaire (lire la philosophie) de Gilles Beaucage.

Le fils Mario Brouillard a été reconfirmé au poste directeur pour au moins deux ans. Il en va de même pour le professionnel Yves Robillard.

Le conseil d’administration québécois de la PGA du Canada maintenant connu

Les vendredis sont occupés à la PGA du Canada, section Québec.

Une semaine après avoir nommé Dominic Racine à la direction générale et Martine Laparé à la direction administrative, voilà qu’on y fait connaître le conseil d’administration suite à la demande de soumettre sa candidature

Steven Brosseau (Laval-sur-le-Lac), très impliqué depuis le début avec David Tremblay (Le Mirage), sont joints par Frédéric Saint-Germain (Fontainebleau), Denis Girard (L’Épiphanie) et Sylvain Gaudet (Montcalm).

Debbie Savoy-Morel (Mirage), Constant Priondolo (Vallée du Richelieu) et Gary Lagden (Blainvillier) étaient du comité de relance et ne sont pas de retour, leur travail étant fait.

Steve Deschenes (Pinegrove), Marc Girouard (Le Champêtre) et Marc Hurtubise (Vieux-Village) appartiennent au volet consultatif.

Les fonctions restent à déterminer entre les élus.

Sports-études de retour aux Estacades 

Les informations sont en provenance de la Mauricie, d’où on apprend le retour du golf dans le programme sports-études à l’Académie des Estacades, à Trois-Rivières.

Dans Le Nouvelliste, Steve Turcotte écrit que Golf Mauricie et trois commissions scolaires sont impliquées.

L’objectif est recruter six espoirs au début et Yannick Bibeau devient l’entraineur.

Debbie Savoy Morel et Michel Martin ont été jadis les premiers initiateurs.

C’est (bien) entrepris pour l’Omnium du printemps 

Ils étaient 121 aspirants lundi, lors de la première des cinq qualifications de l’Omnium printanier. Quoiqu’une présentation à Royal Montréal aide toujours à attirer la participation, le chiffre est bien compte tenu du début au ralenti de la saison.

Mark Correa, du club voisin Elm Ridge, a été le meilleur avec 71 et mentionnons qu’il pour obtenir une des 12 places disponibles de l’Omnium officiel à Beaconsfield le 25 mai.

Les sélections à suivre sont celles d’Eagle Creek (10 mai), Royal-Québec (14), Lévis (15) et Drummondville (17).

Articles connexes