Connexion
MENU

Une fin canon n’aura pas tout à fait suffi à Sonny Michaud !

Par Mario Brisebois

On ne pourra pas accuser Sonny Michaud de ne pas avoir essayé en toute fin de la qualification de Lakeland, en Floride, au circuit Mackenzie PGA Tour Canada. Un oiselet au 16e trou suivi d’un aigle au 17e ont valu au représentant du club La Tempête, à Québec, une carte finale de 68 après 72, 67 et 71.

Pas facile la vie comme joueur de tournois! Malgré son cumulatif plus qu’honorable de  –10, Michaud a terminé 22e au classement final.

Cette position lui vaut une place à la liste de remplacement.

Il fallait -13 et terminer 16e ou mieux pour une participation minimale et automatique à au moins quatre tournois, ce qui révèle tout du niveau très relevé partout.

Tous  les qualifiés sont des Américains.

 

Sonny Michaud, qui a appris son golf au club Dallaire, en Abitibi, aux années de Gerry Piette comme pro, a été le meilleur Canadien avec Bradford Curren, 22e également. Pierre-Alexandre Bédard, de Chibougamau, a terminé à -1 en vertu de ses comptes de 68, 74, 75 et 70.

 

Seul Max Gilbert se qualifie

Une autre sélection suivra la semaine prochaine en Colombie-Britannique après quatre consécutives en sol américain.

Pour le moment, seul Max Gilbert, de Saint-Georges de Beauce, a sa place garantie   chez les Québécois, cela au moins pour les quatre premières étapes en vertu de son 15e rang à la fin mars à Ponte Vedra, aussi en Floride.

Trou d’un coup à sa 1ère partie, un grand championnat féminin et autres échos du 19e

Parlez-moi d’un début de saison retentissant pour Éric Lafrenière. À l’ouverture de la saison à son club, qui coïncidait avec sa première partie au Québec, il a réussi ce qui se veut très probablement avec le printemps tardif le premier trou d’un coup en 2018 au Québec, cela au Parcours du cerf, où il est le directeur général.

Il a fait disparaître la balle dans le fond de la coupe au 8e trou du terrain blanc à l’aide d’un fer numéro six.

Il faut mentionner qu’Eric sait très bien quoi faire avec une balle et un bâton étant de cette vague de professionnels passés du coté de l’administration, où il fait fort bien.

Mais quand même, ce trou d’un coup dès le jour un est le deuxième d’Éric Lafrenière depuis ses débuts à 10 ans en 1976 au club Berthier comme quoi la patience fait aussi partie de la recette pour obtenir un «as».

9049

Tel est le nombre d’inscriptions reçues par la USGA en prévision de l’Omnium des États-Unis, lequel se tiendra du 14 au 17 juin à Schinnecock Hills, à Southampton, à Long Island.

De ce nombre, seulement 54 ont leur place garantie ce qui nécessite 112 sélections à compter du 30 avril

 À 200$ par candidature, cela donne un pas pire revenu, n’est-ce pas!

De très bonnes nouvelles de Joey et Hugo

Nos deux talents québécois à Équipe Canada vont très bien, merci.

Commençons par Joey Savoie (74-68-72), qui a pris la 4e place au tournoi Terra Cotta à Naples, en Floride, au circuit mondial chez les amateurs.

Hugo Bernard a fini pas très loin en 11e place et se retrouve conséquemment 48e au monde et par ricochet le premier Canadien au classement mondial. Joey est 129e.  Cela signifie que si le sélect Championnat des États-Unis avait lieu d’ici quelques semaines, Hugo y recevrait un carton d’invitation automatique.

On reviendra sur la paire et leur calendrier de l’été très occupé ici et ailleurs.

Birdie !

Cette semaine, la distinction va à la firme financière Charles Schwab, laquelle sauve la tradition en s’associant au tournoi Colonial, qui n’avait plus de commanditaire.

Lancée en 1946 à Fort Worth, au Texas, cette présentation est la plus ancienne de la PGA disputée au même endroit, à Fort Worth au Texas. Charles Schwab garde son   association chez les Champions (50 ans) et plus.

Inclusion des professionnelles aux Championnats du Québec

Une idée louable que celle de Golf Québec de faire un championnat à trois volets au Château Bromont en ajoutant les professionnelles aux rangs amateurs et seniors.

Il fallait absolument tenter de relancer la participation féminine sur la scène provinciale.

Denise mérite l’hommage

Une suggestion à Golf Québec et Martin Ducharme, l’homme-orchestre à Bromont: pourquoi ne pas honorer Denise Lavigne pour souligner l’ensemble de sa carrière   au jeu et dans l’enseignement de fine pointe ici, aux États-Unis et en Europe.

Joyeux 25e !

Voilà l’anniversaire que célèbre cette année le parcours Vieux-Village à Bromont.

Articles connexes