Connexion
MENU

Du grand golf de Brooke, mais du grand théâtre aussi! 

Par Mario Brisebois
(Bernard Brault/ Golf Canada)

Si jamais vous allez à Smiths Falls dimanche, amenez donc vos sandwiches. N’oubliez pas de transporter votre bidon d’essence également.

C’est que les services pourraient manquer dans la petite municipalité ontarienne qui risque d’être déserte et fermée avec 8 799 très fiers citoyens locaux tous partis à Ottawa ou « scotchés » complètement devant leur télé pour voir et encourager leur jeune phénomène Brooke Henderson.

Quel incroyable spectacle a donné Brooke samedi à l’Omnium féminin Canadien Pacifique avec son formidable record de 63 au club Ottawa Hunt que personne ou si peu ont vu.

Brooke était si loin au classement après ses 74 et 69 du début et donc si tôt au départ qu’elle avait fait ses 18 trous et surtout réussi huit oiselets et même signer sa carte de la plus extraordinaire partie de golf canadien presque deux heures avant que les caméras de Golf Channel entreprennent la retransmission.

On a toujours su que la jeune femme de 19 ans appartenait au sélect club des surdoués pas juste du golf, mais de l’ensemble du sport. Samedi, elle a rajouté son côté dramatique pour bondir de 59e à 6e et réduire le déficit de neuf à trois coups.

Après avoir réussi sous très forte pression un oiselet en quittant vendredi soir à son 18e trou pour éviter l’élimination à mi-chemin d’extrême justesse à +1, elle en a remis plus encore en scellant birdie-birdie au sprint pour son 31 au neuf de retour et remonter au classement.

Du très grand théâtre que l’on dit.

À la coupe de tennis Rogers à Montréal il y a deux semaines, Wayne Gretzky, qui s’y connaît un peu dans le domaine, racontait entre deux matchs que ce qui différencie les grands athlètes des autres est cette faculté qu’ils maîtrisent de se servir de la nervosité comme inspiration pour réaliser leurs plus éblouissantes performances. Laissez-vous dire que Brooke n’a pas besoin de pression pour comprendre car elle en avait de la tension s’avérant tant la tête d’affiche de l’Omnium dans les publicités en ville.

AYEZ DU PLAISIR, LES FILLES 

Tout un défi attend Brooke pour la finale avec toute l’attention. Les joueuses sont unanimes. Jamais elles n’ont vu une telle foule que cette présente semaine.

Un atout au final sera sa position derrière les meneuses, laquelle lui permettra d’attaquer ce dont elle n’a jamais eu peur et conséquemment les voir craquer, personne n’aimant se faire pousser dans le dos.

Autre avantage, un classement congestionné tel celui-ci oblige à se mettra tôt en mode oiselets ce qu’elle pourra faire avant les autres. Dans les moments intenses, il est plus commode et souhaitable pour agir en premier que juste réagir.

La foule représente un autre avantage majeur.

Déjà que les gens faisaient des rangées de six et sept de large pour voir et encourager leur darling Brooke au début de la semaine, qu’est-ce sera maintenant, elle qui possède maintenant la victoire au bout de son fer droit?

Sachez que l’Omnium canadien hommes ou femmes n’a pas été remporté par un talent d’ici depuis Jocelyne Bourassa au club Municipal de Montréal en 1973.

J’envie Brooke et Brittany, sa sœur aînée qui lui sert de cadet comme cela était mon cas auprès de Jocelyne il y a 44 ans.

Aussi ensemble même à la cérémonie d’intronisation de Pierre Archambault au Panthéon du golf jeudi soir, Jocelyne a rappelé des souvenirs et la façon de faire.

Brooke et Brittany doivent mettre l’emphase sur le calme. Comme le talent ne manque surtout pas, faites-vous zéro souci avec le reste puisque le public va vous donner une vague d’amour qui vous transportera pendant les 18 trous.

À votre tour d’avoir du plaisir et des souvenirs pour le reste de vos vies, les filles!

Articles connexes