Connexion
MENU

Collectivités au jeu

Par Golf Canada
(Golf Canada)

La fondation et le développement des clubs sportifs a contribué à façonner des communautés partout au pays.


Il y a 150 ans, issu d’une collection de provinces et territoires, le Canada s’est transformé en une nation fédérée. La Confédération a réuni des centaines de communautés, grandes et petites, en un vaste ensemble diversifié. Les milliers de collectivités qui constituent aujourd’hui la mosaïque canadienne se distinguent par les liens particuliers qui les unissent. Et dans bien des cas, ces liants sociaux sont entretenus par des clubs sportifs.

Le nombre de clubs sportifs établis d’un océan à l’autre est étourdissant. Et quelques-uns sont encore plus anciens que la fédération canadienne, témoignant de la richesse des traditions sportives au pays. Les trois clubs suivants se distinguent par leur longévité impressionnante :

  • Le Montreal Men’s Curling Club fondé en 1807
  • Le Toronto Cricket Club fondé en 1827
  • Le Royal Nova Scotia Yacht Squadron fondé en 1837

Il n’est pas étonnant que Montréal, Toronto et Halifax abritent les plus vieux clubs sportifs du Canada, ces villes étant parmi les premières à compter un nombre suffisant d’habitants pour soutenir de tels établissements. Ce qui est plus surprenant, toutefois, c’est de voir l’émergence de clubs de golf en des lieux moins peuplés.

La première référence au golf en Amérique du Nord se trouve dans une édition de 1826 du Montreal Herald invitant les golfeurs à jouer sur les plaines d’Abraham, à Québec. Cela dénote deux choses importantes : on jouait au golf dans ce pays bien avant la fondation des premiers clubs et le sport était populaire au Canada avant son apparition aux États-Unis. Certains disent même que Québec est le véritable berceau du golf en Amérique du Nord.

D’aucuns affirmaient naguère qu’on ne pouvait considérer une ville comme étant civilisée, en un sens, tant qu’un club n’y était pas établi. Plus qu’un simple endroit où pratiquer le sport selon les règles, le club était aussi un lieu de socialisation dont les membres étaient souvent les chefs de file de leur collectivité. La plupart des petites villes ne pouvaient se payer qu’un ou deux clubs sportifs, contrairement aux grandes agglomérations comme Montréal et Toronto. La plupart des clubs de golf de la fin du XIXe siècle étaient rudimentaires, mais leurs membres s’en servaient comme tremplin de développement communautaire.

Dans les Prairies, la population était clairsemée, avec quelques collectivités réparties çà et là dans la plaine. Au nord de la capitale du Manitoba, Winnipeg, la ville de Stony Mountain était connue pour sa prison et… son parcours de golf construit en 1890 par les détenus. Le directeur du pénitencier, le lieutenant-colonel Samuel Bedson, jugeait bénéfique d’occuper les prisonniers à des tâches manuelles en leur confiant l’aménagement d’un neuf trous. Les habitants de cette ville de 200 âmes, de même que des visiteurs venus de loin, profitèrent longtemps du parcours de golf.

Deux ans plus tard, le golf de Virden Wellview fut construit, dit-on, parce que trop de citoyens de Virden allaient jouer à Stony Mountain. Indice de l’importance que revêtait ce parcours pour les 3 000 résidants de Virden, quand du pétrole fut découvert sous le terrain, les golfeurs érigèrent des clôtures autour des puits pour continuer de jouer.

Le parcours de Stony Mountain n’existe plus, mais il permit d’établir le golf solidement au Manitoba, où Virden Wellview demeure le plus ancien club encore en activité.

« Bon nombre de clubs réputés de notre province, tels que St. Charles et Pine Ridge, sont nés de l’engouement pour le golf engendré par Virden Wellview depuis 1892 », explique Dave Comaskey, directeur de Golf Manitoba.

Rien n’illustre mieux le sens du mot communauté que ces périodes difficiles où les citoyens s’unissent pour affronter l’épreuve. Durant les deux guerres mondiales, maintes collectivités canadiennes furent décimées, non seulement par le nombre de leurs citoyens partis contribuer à l’effort de guerre, mais aussi par manque de revenus. À Calgary, par exemple, plus de 200 golfeurs s’enrôlèrent en 1917.

Plusieurs clubs de golf organisèrent aussi des collectes de fonds en appui à l’effort de guerre. L’Association canadienne des golfeuses témoigne éminemment de cet esprit communautaire. De 1940 à 1945, l’ACG administrait un fonds qu’elle avait mis sur pied, le War Service Fund, qui permit de recueillir plus de 82 000 $ pour financer un chasseur Spitfire grâce aux sommes réunies par les sections provinciales, clubs et membres dans le cadre de tournois, danses, tombolas et autres événements.

On ne pourrait dire que Prince Albert, en Saskatchewan, était en 1909 l’épicentre du golf au Canada. Mais cette année-là, un club de golf fut créé pour que les habitants de la ville – qui allait en compter un peu plus de 35 000 deux ans plus tard – aient un lieu pour jouer au golf et socialiser. La population de Prince Albert est à peu près la même aujourd’hui et son club de golf est encore, après plus d’un siècle, au centre de la vie communautaire de l’endroit.

Le conseiller municipal Don Cody sait bien l’importance que revêt le Golf municipal Cooke (autrefois le Prince Albert Golf Club) pour la ville de Prince Albert et ses citoyens. « Le Golf municipal Cooke redonne à la collectivité, notamment en s’efforçant de garder ses prix abordables pour les familles et les golfeurs de tout niveau d’habileté », souligne Cody, qui est aussi membre du club avec sa conjointe.

Et pourtant, l’établissement continue de faire des profits, bon an, mal an, et il recevra en 2017 un financement de 2 000 000 $ pour une remise à niveau nécessaire. L’investissement de la ville aide à assurer l’avenir du parcours afin que divers organismes caritatifs puissent continuer de s’en servir dans leurs efforts de collecte de fonds. « C’est grâce à cet esprit communautaire que le club peut redonner à la collectivité, et ça fonctionne », conclut le conseiller Cody.

Le Golf municipal Cooke n’est qu’un exemple des nombreux clubs sportifs au Canada qui contribuent continuellement à l’essor de la collectivité tout en favorisant le développement du sport et sa pratique au pays. L’histoire des clubs de golf canadiens témoigne de la richesse des liens qui unissent les clubs, leurs membres et leurs communautés, et qui façonnent le paysage culturel et social de notre grand pays.


Spring_2017_Cover_FR

Cet article a été publié dans l’édition de avril 2017 du magazine Golf Canada. Pour lire l’article dans le format original, cliquez sur l’image.

Articles connexes