Connexion
MENU

Brittany Marchand : à petits pas dans la bonne direction

Par David Li
(Bernard Brault/ Golf Canada)

Dans la vie comme dans le sport, le mieux est parfois de suivre le courant. Voilà une recette qui a profité à Brittany Marchand qui, à petits pas, progresse dans la bonne direction.

Depuis ses débuts professionnels en 2015, cette Ontarienne d’Orangeville, diplômée de l’Université North Carolina State et ex-membre de la formation nationale amateur d’Équipe Canada, n’a cessé de progresser.

« Depuis l’obtention de son diplôme, Brittany a pu se concentrer totalement sur le golf et elle s’améliore d’année en année », constate Tristan Mullally, entraîneur-chef de la formation féminine d’Équipe Canada.

La championne amateur de l’Ontario de 2012 a connu un certain succès à sa première saison complète sur le Circuit Symetra en 2016, ayant évité le couperet dans 19 tournois sur 21 tout en revendiquant trois top 10. Cette année, cependant, elle a élevé son jeu d’un cran.

En juin, Marchand s’est pour la première fois qualifiée pour les rondes du week-end dans un tournoi du Circuit de la LPGA, la Classique Manuvie de la LPGA à Cambridge, en Ontario. Elle a même abordé la ronde finale à égalité en 9e place au Whistle Bear Golf Club avant de connaître des ennuis et de clore le tournoi ex æquo au 46e rang.

Par la suite, Marchand est tombée sous le couperet dans trois des quatre tournois du Circuit Symetra auxquels elle a participé avant de faire une percée à la Classique PHC, à Milwaukee. La golfeuse de 25 ans a triomphé au Wisconsin en affichant moins 13 pour ce tournoi de 54 trous.

C’était sa première victoire sur le Circuit Symetra. En prime, elle a obtenu un laissez-passer pour le Championnat Évian, le cinquième et dernier tournoi majeur de la saison de la LPGA.

Et l’Ontarienne de continuer sur sa lancée la semaine suivante en enlevant le Championnat féminin de la PGA du Canada DATA, tout juste devant sa bonne amie Augusta James, au Scarboro Golf & Country Club.

« J’ai connu des hauts et des bas après le Manuvie, mais j’ai retrouvé la forme depuis les dernières semaines », indique l’ancienne Wolfpack qui détient un diplôme en génie chimique.

Selon Mullally, Marchand est récompensée pour son acharnement au travail.

« Elle s’est efforcée de peaufiner toutes les facettes de son jeu et c’est pourquoi elle s’améliore de jour en jour, dit-il. Et, en même temps, sa confiance en soi se trouve accrue. »

Lorie Kane, quadruple championne sur le Circuit de la LPGA, a aussi remarqué que Marchand avait acquis maturité et confiance.

« J’ai joué avec Brittany l’an dernier à Calgary lors de l’Omnium féminin CP. Elle a été victime du couperet, ce qui n’aurait jamais dû arriver. Je pense qu’elle était un peu nerveuse, car sinon elle a joué du golf solide de bout en bout », de dire Kane, membre du Temple de la renommée du golf canadien.

« Elle est partie de loin, mais elle a gagné un tournoi sur le Circuit Symetra et ensuite le championnat DATA. On peut dire qu’elle progresse dans la bonne direction, ajoute Kane. Elle travaille fort dans le but d’obtenir sa carte à temps plein du Circuit de la LPGA et, actuellement, elle fait ce qu’il faut pour y arriver. »

Les 10 premières du classement aux gains du Circuit Symetra en 2017 mériteront leur carte à temps plein du Circuit de la LPGA pour l’an prochain. Pour l’heure, cet objectif reste à sa portée.

Marchand signale que son laissez-passer pour le Championnat Évian, qui aura lieu du 14 au 17 septembre à Évian-les-Bains, compliquera le défi de finir la saison du Circuit Symetra dans le top 10.

« Ma qualification pour le Championnat Évian a été à la fois une bénédiction et une malédiction puisque je devrai rater quelques tournois du Circuit Symetra. Je devrai mettre les bouchées doubles, car il ne me restera que quatre tournois pour obtenir ma carte de la LPGA », indique Marchand.

Cela dit, Marchand note que sa performance au Championnat féminin CP 2017 a raffermi sa confiance en lui rappelant qu’elle possédait les atouts nécessaires pour rivaliser avec l’élite de la LPGA.

« Vu mon résultat à l’Omnium, je serai plus confiante quand je renouerai avec le Circuit Symetra. La concurrence est vive là-bas aussi, mais je serai encouragée », de dire Marchand, seule des 14 Canadiennes, avec Brooke Henderson, à avoir évité le couperet à l’Ottawa Hunt & Golf club.

Si son objectif, comme celui de toutes les professionnelles du Circuit Symetra, est d’évoluer à temps plein sur le Circuit de la LPGA, elle comprend que le golf est un sport mental et qu’à ce stade la suranalyse n’a pas sa place.

Marchand préfère au contraire suivre le courant en se disant que si elle joue comme elle en est capable, elle obtiendra les résultats escomptés.

« Je ne veux pas me laisser prendre au jeu des attentes. L’idée, c’est tout simplement de jouer comme j’en suis capable, et advienne que pourra. Si je dois repasser par les qualifications, eh bien, je le ferai. Mais je sais que j’ai les atouts qui me permettront de finir dans le top 10. »

Articles connexes